Diplomatie

Burkina : les bons offices d’Hamed Bakayoko entre Blaise Compaoré et Roch Kaboré

Réservé aux abonnés | | Par Jeune Afrique
L’ancien président Blaise Compaoré vit en exil à Abidjan depuis 2014.

L’ancien président Blaise Compaoré vit en exil à Abidjan depuis 2014. © Denis Allard/REA

Le ministre ivoirien de la Défense joue les bons offices entre le président burkinabè Roch Marc Christian Kaboré et l’ancien président Blaise Compaoré, en exil en Côte d’Ivoire, qui souhaite rentrer au Burkina Faso.

Après les révélations de JA sur la lettre que Blaise Compaoré a écrite à Roch Marc Christian Kaboré, le gouvernement burkinabè a publié un communiqué dans lequel il précisait que cette missive avait été remise au président le 12 avril.

Selon nos sources, c’est Hamed Bakayoko, le ministre ivoirien de la Défense, qui a joué les émissaires en apportant la lettre en personne au palais de Kosyam, à Ouagadougou.

Ouattara s’implique

Bien introduit à Ouaga, « Hambak » fait partie des intermédiaires (comme Pierre-Olivier Sur, l’avocat de la famille Compaoré, ou Boureima Badini, ex-ministre de Compaoré) qui s’activent ces dernières semaines pour rapprocher Roch Kaboré et Blaise Compaoré, qui souhaite rentrer au Burkina Faso.

Alassane Ouattara l’a répété à son homologue burkinabè le 2 avril, à Dakar, où ils assistaient à la cérémonie d’investiture de Macky Sall. Selon l’un de ses proches collaborateurs, il est « fort probable » que Kaboré réponde à son prédécesseur dans les jours à venir.

 

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3104_600 devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€
Fermer