Politique

Tunisie : Hafedh Caïd Essebsi et Sofiene Toubel en guerre ouverte pour diriger Nidaa Tounes

© JA

Nidaa Tounes a depuis le 13 avril deux présidents, le directeur exécutif sortant Hafedh Caïd Essebsi et le chef du groupe parlementaire Sofiane Toubel. Entre les deux hommes, le divorce est consommé.

Ils étaient proches, voire intimes, ils sont aujourd’hui à couteaux tirés. Entre Hafedh Caïd Essebsi (HCE), directeur exécutif sortant de Nidaa Tounes, et Sofiene Toubel, président du groupe parlementaire de ce même parti, le divorce est consommé. C’est la guerre sans merci, absurde. Depuis le 13 avril, l’un et l’autre briguent la présidence du comité central. Ce jour-là, deux réunions électives ont eu lieu parallèlement.

Au cours de la première, à Monastir, 100 membres de la direction ont voté pour HCE. Au cours de la seconde, à Hammamet, 117 ont accordé leurs suffrages à Toubel. « On n’a jamais vu un palmier bicéphale », raille un ancien de Nidaa – amusante référence au logo du parti créé par Béji Caïd Essebsi, l’actuel président de la République.

Les masques tombent

Lors du congrès de la formation, les masques sont enfin tombés. Certains ont toujours été farouchement hostiles à HCE, le fils du fondateur, et le sont restés. Ce qu’ils lui reprochent ? Son absence de vision politique, ses pratiques peu démocratiques et… sa filiation, justement, seule cause, selon eux, de son ascension.


>>> À LIRE – Tunisie : Hafedh Caïd Essebsi ou la tentation dynastique


HCE n’a jamais compté parmi les ténors du parti. Cela ne l’a pas empêché, en 2014, de s’emparer des commandes et de pousser vers la sortie Taïeb Baccouche, le secrétaire général de l’époque. D’autres artisans de la victoire électorale de Nidaa Tounes, comme Mohsen Marzouk, le successeur de Baccouche, ou Ridha Belhaj connaîtront le même sort. Pendant ce temps-là, le parti poursuivait sa montée en puissance, favorisée par l’entrée de plusieurs de ses membres au gouvernement. Et HCE concluait une étrange alliance avec un homme d’affaires controversé nommé Chafik Jarraya – tellement controversé qu’il est aujourd’hui en prison pour corruption – et avec un duo de députés, Sofiene Toubel et Ons Hattab, qui ont beaucoup contribué à la rupture entre leur patron et Youssef Chahed, le chef du gouvernement.

Sofiane Toubel, président du groupe parlementaire de Nidaa Tounes. © Ons Abid pour JA

Originaire de Gafsa, Toubel (43 ans) a fait ses classes au Rassemblement constitutionnel démocratique (RCD) au temps de Ben Ali avant de rejoindre Nidaa Tounes. Soupçonné lui aussi de corruption, il a été protégé par son immunité parlementaire et par son ralliement à HCE, dans le sillage duquel il prendra vite de l’envergure – ainsi que la présidence du groupe parlementaire.

Il a longtemps été considéré comme un fidèle parmi les fidèles de HCE

Pour quel résultat ? Il n’a pas réussi à enrayer les défections de députés, encore moins à renforcer l’influence du parti dans l’hémicycle. Il est donc curieux qu’avec ce bilan mitigé il puisse aujourd’hui en briguer la direction. D’autant qu’il a longtemps été considéré comme un fidèle parmi les fidèles de HCE et qu’en 2018 il avait juré qu’il ne briguerait aucune charge élective lors du congrès. Mais Toubel change souvent d’avis.

Estocade

En juillet 2018, de manière totalement inattendue, il avait soutenu Youssef Chahed au nom de l’indispensable stabilité. Le voici désormais résolu à porter l’estocade à HCE. Il ne perd pas une occasion de chanter les louanges du président de la République et adjure les uns et les autres de ne pas parler en son nom. Toutes ces palinodies ne se signalent certes pas par la clarté de leurs objectifs. Il n’est pas interdit d’avoir des ambitions personnelles. Mais sacrifier en leur nom les intérêts de son parti est plus discutable. Or force est de reconnaître que, dans l’arène politique, Nidaa Tounes est aujourd’hui en très mauvaise posture.

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte