Dossier

Cet article est issu du dossier «Élections en Afrique du Sud : l'ANC, un favori controversé en perte de vitesse»

Voir tout le sommaire
Politique

Afrique du Sud : Cyril Ramaphosa, le caméléon

Ramaphosa, le 23 juin 2017, à Johannesburg. © Moeletsi Mabe/Sunday Times/Gallo Images/Getty Images

Même divisé, l’ANC devrait remporter aisément les élections générales du 8 mai. Essentiellement grâce à Cyril Ramaphosa, un leader aussi doué qu’insaisissable.

Pendant quatre-vingt-dix minutes, le 7 février, Cyril Ramaphosa s’est adressé au Parlement. Costume anthracite et cravate grise, jouant à la perfection son rôle de « PDG de l’Afrique du Sud », le président a prononcé son discours sur l’état de la nation, largement consacré cette année à la relance de l’économie et à la lutte contre la corruption. L’Afrique du Sud, a-t-il assuré, est « sur la voie de la croissance et du renouveau ».

« C’était du 100 % Ramaphosa, a par la suite résumé un ancien cadre du Congrès national africain (ANC, au pouvoir). C’était réfléchi et bien fait. Tout le monde pouvait y trouver son compte. Mais peut-il tenir ses promesses ? Sa maison est divisée. Les voleurs ne sont pas en prison. La croissance stagne, et des emplois sont détruits. » Les applaudissements nourris qui ont salué la fin de son discours, alors que la gauche radicale lui avait promis l’esclandre ? « C’est parce que nous voulons tous croire en lui ! »


>>> À LIRE – Afrique du Sud : Cyril Ramaphosa promet intégrité et emplois avant les élections générales du 8 mai


De fait, Cyril Ramaphosa paraît avoir réussi à enrayer le déclin de l’ANC. Le parti a beau être éclaboussé par des scandales (le dernier en date touche son secrétaire général, Ace Magashule, accusé de corruption dans un livre au titre évocateur, Gangster State), les sondages lui prédisent encore une large victoire aux élections générales du 8 mai. Il faut dire que Cyril Ramaphosa n’a pas ménagé sa peine, sautant de tribunes en réunions pour convaincre les électeurs d’accorder une nouvelle fois leur confiance à l’ANC, vingt-cinq ans après sa victoire aux premières élections libres d’Afrique du Sud. Nul doute que diriger le parti dans le contexte actuel requiert des compétences extraordinaires et que le chef de l’État en possède de nombreuses. Depuis des mois, il négocie, organise, tempère, donne des gages et promet à tour bras. Mais beaucoup de ceux qui ont travaillé étroitement avec Cyril Ramaphosa admettent ne pas le connaître réellement.

Vous êtes à présent connecté(e) à votre compte Jeune Afrique, mais vous n'êtes pas abonné(e) à Jeune Afrique Digital

Cet article est réservé aux abonnés


Abonnez-vous à partir de 7,99€pour accéder à tous les articles en illimité

Déjà abonné ?

Besoin d'aide

Vos avantages abonné

  1. 1. Accèdez en illimité à l'ensemble des articles sur le site et l'application Jeuneafrique.com (iOs & Android)
  2. 2. Bénéficiez en avant première, 24 heures avant leur parution, de chaque numéro et hors séries Jeune Afrique sur l'application Jeune Afrique Le Magazine (iOS & Android)
  3. 3. Recevez la newsletter économie quotidienne réservée aux abonnés
  4. 4. Profitez de 2 ans d'archives de Jeune Afrique en édition numérique
  5. 5. Abonnement sans engagement de durée avec l'offre mensuelle tacitement renouvelable*

*Service uniquement disponible pour les abonnements à durée libre.

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte