Diplomatie

Côte d’Ivoire : Charles Blé Goudé préfère Abidjan à Kampala et Johannesburg

Charles Blé Goudé, le 15 janvier 2019 à La Haye. © ICC-CPI

Libéré en même temps que l'ancien président Laurent Gbagbo, Charles Blé Goudé est toujours à La Haye. Il espère pouvoir rentrer dès que possible en Côte d'Ivoire et multiplie les rencontres pour tenter de faire avancer sa cause.

Charles Blé Goudé, l’ancien ministre de la Jeunesse de Laurent Gbagbo, dont il est encore très proche, séjourne toujours dans une résidence hôtelière à La Haye (Pays-Bas). Selon nos sources, l’Ouganda et l’Afrique du Sud ont proposé de l’accueillir, mais l’ex-chef du mouvement des Jeunes patriotes leur préfère son pays, la Côte d’Ivoire.

En attendant d’être fixé sur son sort, il reçoit une quinzaine de visites par jour, dans une salle faisant office de bureau, mise à sa disposition.


>>> À LIRE – [Analyse] Côte d’Ivoire : quand Blé Goudé joue sa propre carte


Blé Goudé a notamment reçu l’ex-député PDCI Konan Kouadio Bertin (« KKB »), le député Innocent Youté, proche de Jean-Louis Billon, ainsi que plusieurs émissaires de chefs d’État africains.

Logé dans une « suite junior » d’un hôtel cinq étoiles de La Haye, payée par la CPI – qui assure aussi sa sécurité – Blé Goudé est entouré de trois à cinq proches, parmi lesquels l’une de ses cousines, la sœur de sa femme et Me Seri Zokou, son avocat.

Rares sorties publiques

Ses sorties publiques sont filtrées par ses avocats, Me Geert-Jan Alexander Knoops et Simplice Zokou Séri. Le 27 mars dernier, il s’est fendu d’une lettre aux Ivoiriens, transmise par son avocat et lue en direct sur Facebook : « Je n’encouragerai aucune tentation de vengeance ni aucune velléité de revanche. Vengeances sur vengeances, revanches sur revanches, ne feront que précipiter notre pays dans l’abîme, dans le chaos, bref dans un déclin irréversible », a-t-il écrit.

« Savoir reconnaître ses erreurs, assumer ses responsabilités quelles qu’elles soient, voilà la vraie voie vers la rédemption », a également affirmé l’ex-chef du mouvement des Jeunes Patriotes. « En ce qui me concerne, je ferai ma part. Et comme je l’ai toujours répété, je serai un instrument au service de la paix et de la réconciliation dans mon pays », a-t-il continué.

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte