Politique

Révision de la Constitution au Mali : Ras Bath en campagne pour le dialogue

Il fut l’une des figures de la contestation contre la révision constitutionnelle voulue par le président Ibrahim Boubacar Keïta, en 2017. Il s’active désormais à créer des ponts avec le chérif de Nioro et Mahmoud Dicko, et maintient qu’aucune réforme constitutionnelle n’est possible sans dialogue préalable.

Réservé aux abonnés
Mis à jour le 17 avril 2019 à 17:32

Mohamed Youssouf Bathily, alias Ras Bath, sur le plateau de TV5 Monde le 18 juillet 2017. © TV5 Monde/YouTube

À la fin de mars, le Malien Mohamed Youssouf Bathily, alias Ras Bath, a fait une tournée d’une dizaine de jours aux États-Unis et en France. Porte-parole des Collectifs pour la défense de la République (CDR), ce quadragénaire, qui fut très actif lors de la fronde contre la révision constitutionnelle en 2017, prépare ainsi les élections qui renouvelleront le Haut conseil des Maliens de l’extérieur.

Proche de Bouyé Haïdara et Mahmoud Dicko ?

Après la présidentielle de 2018, lors de laquelle il avait soutenu Soumaïla Cissé face à Ibrahim Boubacar Keïta, il avait quitté le devant de la scène tout en continuant à animer Grands Dossiers, une émission radiophonique très appréciée de la jeunesse.

Assurant être dans une « dynamique de fédération d’initiatives », il discute avec l’entourage de Bouyé Haïdara, le chérif de Nioro, et avec celui de Mahmoud Dicko, le président du Haut conseil islamique du Mali – deux leaders religieux qui dénoncent la mauvaise gouvernance et l’insécurité ambiante, et réclament la démission de Soumeylou Boubèye Maïga, le Premier ministre.

Pour Ras Bath, aucune des réformes institutionnelles ou constitutionnelles voulues par le président « ne saurait être conduite dans le contexte actuel ». Il assure que son mouvement échange avec plusieurs partis politiques, afin de « constituer un bloc majoritaire à soutenir la même ligne sur les réformes nécessaires au sein du cadre national de concertation à cet effet ».