Dossier

Cet article est issu du dossier «Législatives au Bénin sans l'opposition : les enjeux d'un scrutin inédit»

Voir tout le sommaire
Politique

Législatives au Bénin : le front anti-Talon essaie de faire pression

Guy Mitokpe, au siège du groupe des partis d’opposition, a Cotonou, le 20 novembre 2017. © Jacques Toregano pour JA

L'opposition béninoise, qui ne pourra présenter aucune liste lors des législatives du 28 avril, est vent-debout contre le président Patrice Talon. Faute d'être parvenu à un accord, elle opte désormais pour des manifestations de rue. Et ses ténors s'emploient à mobiliser les troupes.

Empêchée de participer aux législatives du 28 avril, l’opposition compte continuer à manifester dans tout le pays jusqu’à cette date. Le jeune député Guy Dossou Mitokpè, bras droit de Candide Azannaï, est très actif. Tout comme Sébastien Ajavon, qui, depuis la France, où il vit en exil, mobilise ses troupes via WhatsApp.


>>> À LIRE – Bénin : après le constat d’échec à l’Assemblée, l’absence de l’opposition aux législatives semble inéluctable


Les opposants, qui réclament la démission de Patrice Talon, souhaitent empêcher la tenue du scrutin. Une médiation de la dernière chance, qu’a refusé de mener Nicéphore Soglo, a donc tourné court.

Lors d’une seconde rencontre, le 29 mars, l’ancien président a de nouveau demandé au chef de l’État de favoriser le retour au pays de tous les exilés, dont son fils, Léhady Soglo, l’ancien maire de Cotonou, qui, sous le coup d’un mandat d’arrêt international, vit en France.

Talon a répondu qu’il s’interdisait toute immixtion dans les affaires judiciaires.

Lire les autres articles du dossier

«Législatives au Bénin sans l'opposition : les enjeux d'un scrutin inédit»

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte