Politique

Burkina : Djibrill Bassolé est soigné à la polyclinique Hammamet, à Tunis

Djibrill Bassolé, l’ancien ministre burkinabè des Affaires étrangères (ici en 2015). © Camille Millerand pour JA

Le général Djibrill Bassolé, l'un des principaux accusés dans le procès du putsch manqué de 2015, est en Tunisie depuis début mars. Il y est hospitalisé à la polyclinique Hammamet, à Tunis, pour des problèmes cardiaques.

Selon nos sources, ce sont les autorités burkinabè qui ont choisi le lieu où serait hospitalisé Djibrill Bassolé : la polyclinique de Hammamet, en Tunisie, où il reçoit des soins depuis le 6 mars.

Placé en permanence sous la « protection » de trois officiers burkinabè en civil, l’ex-ministre des Affaires étrangères doit rester au moins plusieurs mois dans ce petit établissement privé. Son épouse, Rosalie, est constamment à ses côtés. Seuls ses enfants et une poignée d’intimes lui rendent de temps en temps visite.

En Tunisie depuis début mars

L’évacuation sanitaire à l’étranger demandée depuis plusieurs mois par Djibrill Bassolé, un des principaux accusés du procès du putsch manqué de 2015 aux côtés du général Gilbert Diendéré, avait été acceptée début mars par les autorités burkinabè.

« Il reviendra à Ouagadougou dès qu’il ira mieux. Il ne demandait qu’à se soigner », assurait à Jeune Afrique son avocat, Me Bonkoungou, lorsque son client avait quitté le Ouagadougou pour Tunis, le 6 mars. Accusé de « meurtres, trahison et complicité d’attentat à la sûreté de l’État », Djibrill Bassolé avait plaidé non coupable lors de sa première comparution devant le tribunal militaire, en décembre dernier.

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte