Transport aérien

Face-à-face : pourquoi Yérim Sow et Askin Demir se disputent le fret à l’aéroport de Dakar

Yérim Sow (Teyliom) et Askin Demir (2AS). © JA

L'entreprise Teyliom Logistics, du Sénégalais Yérim Sow, et la société 2AS, filiale de société sénégalaise gestionnaire de l’AIBD dirigée par le Turc Askin Demir, se disputent le marché du fret à l'import, très lucrative.

Après plus d’un an de discussions, LAS, la société sénégalaise gestionnaire de l’Aéroport international Blaise-Diagne de Dakar (AIBD – dont les turcs Limak et Summa sont actionnaires à 66 %) a décidé fin mars de l’extension de son terminal cargo, géré par sa filiale 2AS, dont les travaux devraient débuter d’ici à juillet et qui sera dévolu à l’import, a appris JA. Ce qui permettra au fret des compagnies aériennes un meilleur traitement.

Depuis un an, les marchandises à l’import et à l’export s’entassent en vrac dans un seul terminal sous-dimensionné et mal réfrigéré. Depuis l’ouverture de l’aéroport, celui-ci ne devait traiter que les flux à l’export.

Et c’est dans un autre entrepôt situé en dehors de l’emprise aéroportuaire, le Cargo Village, géré par l’entreprise Teyliom Logistics appartenant à l’entrepreneur sénégalais Yérim Sow, que devaient être manutentionnées les marchandises à l’import.

 2AS a compris que les activités d’import étaient beaucoup plus lucratives que l’export

Une habilitation lui avait été octroyée par l’Agence nationale pour la promotion des investissements (Apix) en avril 2017. Mais un décret présidentiel a finalement confié en septembre 2017 l’exclusivité des activités d’assistance au sol, dont le fret, à 2AS.

Déficit d’infrastructures et de compétences

« 2AS a compris que les activités d’import étaient beaucoup plus lucratives que l’export. Il ne voulait pas supporter le coût de construction d’un terminal cargo en laissant les recettes partir chez Teyliom », témoigne un bon connaisseur du dossier. Problème, l’entreprise dirigée depuis avril 2018 par le Turc Askin Demir n’était pas prête. Elle ne disposait ni de l’infrastructure ni des compétences requises.


>>> À LIRE – Sénégal : les hôtes de marque de Yérim Sow


Pendant ce temps, c’est donc Teyliom qui récupère les marchandises à l’import, d’abord sous des bâches près du terminal cargo puis dans son propre Cargo Village, où les travaux avancent beaucoup plus vite. C’est d’ailleurs pour cette raison que certains transitaires comme Bolloré (pour le compte d’Air France) ou DHL ont choisi de sortir des marchandises du terminal cargo géré par 2AS pour les entreposer sur la plateforme de Teyliom.

Sauf que le Cargo Village n’a toujours pas reçu d’agrément des douanes pour faire de l’import. Teyliom attendait ces derniers jours un courrier de l’administration qui devrait rapidement clarifier sa situation.

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte