Sécurité

Burkina Faso : qui est Oumarou Diallo, le chef jihadiste arrêté par l’armée ?

Une unité de l'armée burkinabè lors de l'attaque de l'état-major, à Ouagadougou, le 2 mars 2018. (Photo d'illustration)

Une unité de l'armée burkinabè lors de l'attaque de l'état-major, à Ouagadougou, le 2 mars 2018. (Photo d'illustration) © Ludivine Laniepce/AP/SIPA

Arrêté dans le cadre de l’opération Otapuanu, le chef jihadiste Oumarou Diallo, alias Diawo Oumarou, est depuis interrogé par les services de renseignements. Il avait été l’un des premiers à s’implanter dans l’est du Burkina.

Début mars, l’armée burkinabè a lancé l’opération Otapuanu dans l’est du pays. Selon nos sources, cette vaste offensive antiterroriste, qui mobilise d’importants moyens terrestres et aériens, a permis de neutraliser une trentaine de jihadistes et de démanteler au moins cinq de leurs bases.

Plusieurs combattants ont été arrêtés, dont l’un de leurs principaux chefs : Oumarou Diallo, alias Diawo Oumarou.


>>> À LIRE – Burkina : un nouveau front à l’Est


Anciennement lié à Amadou Koufa

Âgé d’une quarantaine d’années, ce Burkinabè de la communauté peule, originaire de l’Est, a été arrêté à la mi-mars près de la frontière avec le Togo. Après avoir combattu au Mali, où il était lié au chef jihadiste Amadou Koufa, il avait été l’un des premiers à s’implanter dans l’est du Burkina, où il était à la tête d’une katiba de plusieurs dizaines d’hommes, dite « groupe de Diawo ».

Il a depuis été transféré à Ouagadougou, où il est interrogé par les services de renseignements.

Abonné(e) au magazine papier ? Activez gratuitement votre compte Jeune Afrique Digital pour accéder aux contenus réservés aux abonnés.

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€

Abonné(e) au journal papier ?

Activez votre compte
Fermer

Je me connecte