Économie

Aérien : avec la perte de Dakar, Corsair prévoit une année déficitaire

Après l’arrêt, le 31 janvier, de l’une de ses lignes les plus performantes, Dakar-Paris, dont les droits ont été repris par Air Sénégal, le PDG de la compagnie française, Pascal de Izaguirre, s’attend à une année 2019 difficile.

Réservé aux abonnés
Mis à jour le 4 avril 2019 à 16:58

Un appareil de la compagnie Corsair. © Corsair

Peu connu, l’investisseur allemand Intro Aviation a pris le contrôle à la mi-mars de 53 % de Corsair, jusqu’ici détenu par son compatriote le voyagiste TUI (qui en conserve 27 %), avec la promesse d’y rester au moins trois ans.

Recapitalisé pour l’occasion par TUI à hauteur de 35 millions d’euros, Corsair a fait l’acquisition de trois Airbus A330neo et il remplacera à terme tous ses Boeing 747 vieillissants par des Airbus. La flotte passera de sept à treize appareils d’ici à 2023.

Liaison quotidienne Paris-Abidjan en perspective

Le PDG de la compagnie française, Pascal de Izaguirre, s’attend à une année 2019 déficitaire en raison de l’arrêt, le 31 janvier, de l’une de ses lignes les plus performantes, Dakar-Paris, dont les droits ont été repris par Air Sénégal.

Corsair va passer, en juillet, en liaison quotidienne vers Abidjan l’une des deux lignes qu’il lui reste en Afrique avec celle reliant Paris à Bamako, mais il a suspendu la desserte de Madagascar en novembre 2018. Son projet de partenariat avec Camair-Co n’avance pas, et son dirigeant préfère pour l’heure se concentrer sur l’Amérique du Nord.