Sécurité

RDC : pas d’immunité pour Alexis Thambwe Mwamba et Kalev Mutond devant la justice américaine

Kalev Mutond, ex-patron de l’Agence nationale de renseignements.

Kalev Mutond, ex-patron de l’Agence nationale de renseignements. © john bompengo

Un tribunal américain a tranché : Alexis Thambwe Mwamba, ministre congolais de la Justice, et Kalev Mutond, ancien patron de l’Agence nationale de renseignement (ANR), ne bénéficient pas de l’immunité dans l’affaire qui les opposent à l’ancien militaire américain Darryl Lewis, qui assurait la sécurité de Moïse Katumbi.

Le 12 mars, la cour d’appel du district de Columbia (Washington) a jugé que, dans l’affaire qui les oppose à Darryl Lewis, ni Alexis Thambwe Mwamba, le ministre congolais de la Justice, ni Kalev Mutond, l’ancien patron de l’Agence nationale de renseignement (ANR), ne pouvaient bénéficier de l’immunité qui s’applique aux responsables étrangers.

Darryl Lewis, un ancien militaire américain que l’opposant congolais Moïse Katumbi avait recruté en 2016 pour assurer sa sécurité, avait été accusé de mercenariat par le gouvernement congolais. Arrêté à Lubumbashi, il avait été transféré à Kinshasa.

Après sa libération et son retour aux États-Unis, il avait déposé plainte contre Thambwe Mwamba et Kalev Mutond pour « torture ».

Dans son jugement du 12 mars, la cour d’appel précise que François Balumuene, l’ambassadeur de la RD Congo aux États-Unis, avait écrit à deux reprises, le 9 août et le 13 décembre 2016, au département d’État, que dirigeait alors John Kerry, afin qu’il oppose cette immunité à la justice américaine. En vain.

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€

Abonné(e) au journal papier ?

Activez votre compte
Fermer

Je me connecte