Politique

Tunisie : « Monsieur Lipstick », islamiste modéré, fibre africaine… 10 choses à savoir sur Zied Ladhari

Zied Ladhari, avocat, appartient à Ennahdha. © Ons Abid pour J.A.

À 44 ans, le ministre du Développement, de l’Investissement et de la Coopération incarne la nouvelle génération des islamistes tunisiens. Ardent militant, il sait aussi se montrer pragmatique.

1. Famille politisée

Cadet d’une fratrie de cinq, ce natif de M’saken (Sahel) a grandi dans un milieu politisé et militant à tendance islamiste, un courant très vivace dans une région pourtant traditionnellement liée au pouvoir central. Ces idées, que lui a transmises son père, agriculteur, l’ont conduit à rejoindre un groupe de jeunes liés au Mouvement de la tendance islamique (MTI), devenu le parti Ennahdha.


>>> À LIRE – [Analyse] Tunisie : Ennahdha en eaux troubles


2. Revanche

Il n’a que 16 ans lorsque son activisme lui vaut d’être arrêté et chassé de l’école publique de M’saken. Une injustice qu’il corrigera en décrochant la mention très bien au baccalauréat et en décidant de devenir avocat.

Vous êtes à présent connecté(e) à votre compte Jeune Afrique, mais vous n'êtes pas abonné(e) à Jeune Afrique Digital

Cet article est réservé aux abonnés


Abonnez-vous à partir de 7,99€pour accéder à tous les articles en illimité

Déjà abonné ?

Besoin d'aide

Vos avantages abonné

  1. 1. Accèdez en illimité à l'ensemble des articles sur le site et l'application Jeuneafrique.com (iOs & Android)
  2. 2. Bénéficiez en avant première, 24 heures avant leur parution, de chaque numéro et hors séries Jeune Afrique sur l'application Jeune Afrique Le Magazine (iOS & Android)
  3. 3. Recevez la newsletter économie quotidienne réservée aux abonnés
  4. 4. Profitez de 2 ans d'archives de Jeune Afrique en édition numérique
  5. 5. Abonnement sans engagement de durée avec l'offre mensuelle tacitement renouvelable*

*Service uniquement disponible pour les abonnements à durée libre.

Fermer

Je me connecte