Politique

Gabon : Rose Christiane Ossouka Raponda a-t-elle laissé la mairie de Libreville endettée ?

Réservé aux abonnés | | Par Jeune Afrique
Rose Christiane Ossouka Raponda.

Rose Christiane Ossouka Raponda. © Présidence de la République Gabonaise

Avant de quitter ses fonctions à la tête de la mairie de Libreville et de rejoindre le ministère de la Défense, Rose Christiane Ossouka Raponda aurait accumulé des dettes, selon ses détracteurs. Les syndicalistes ont pressé son successeur de lancer un audit afin de tirer la situation au clair.

Nommée ministre de la Défense le 30 janvier, Rose Christiane Ossouka Raponda a, le 11 mars, cédé son siège de maire de Libreville à Léandre Nzué, en se félicitant de lui avoir légué un budget excédentaire de 27 milliards de F CFA (41 millions d’euros). À l’hôtel de ville, elle est néanmoins sous le feu des critiques.

Dettes accumulées ?

Ses détracteurs affirment que nul n’a vu trace d’une telle somme, d’autant qu’en quittant ses fonctions elle a débauché le directeur général des finances. Ils assurent qu’au contraire elle a accumulé des dettes. De nombreux fournisseurs en attente de paiement font le siège du nouvel exécutif communal. Parmi eux, les entreprises travaillant sur le chantier de l’auditorium, abandonné en cours de mandat.

Les syndicalistes pressent Nzué de lancer un audit pour tirer la situation au clair, sachant qu’Ossouka Raponda a embauché 334 agents entre mars et septembre 2018, alors que la mairie en employait déjà 2 950.

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3093_600b devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€

Abonné(e) au journal papier ?

Activez votre compte
Fermer

Je me connecte