Dossier

Cet article est issu du dossier «Démission de Bouteflika : les six semaines qui ont ébranlé l'Algérie»

Voir tout le sommaire
Politique

Algérie : pourquoi Abdelaziz Bouteflika a repoussé le limogeage d’Ahmed Ouyahia

De g. à dr., Abdelaziz, Nasser et Saïd Bouteflika, dans un centre de vote, en 2014. © Zinedine Zebar

Le président algérien Abdelaziz Bouteflika devait annoncer le limogeage d'Ahmed Ouyahia et le remaniement gouvernemental dans sa première lettre officialisant sa candidature. Jeune Afrique vous explique pourquoi il l'a finalement fait dans sa deuxième adresse à la nation, huit jours plus tard.

Le 11 mars, dans sa deuxième lettre à la nation, Abdelaziz Bouteflika a annoncé le report de la présidentielle et qu’il ne briguerait pas un cinquième mandat. Il a aussi pris acte de la démission du gouvernement d’Ahmed Ouyahia et révélé qu’une nouvelle équipe dotée de « compétences nationales » serait bientôt nommée.


>>> À LIRE – Algérie : comment le régime Bouteflika a fait volte-face


Suppression à la dernière minute

En réalité, cette deuxième annonce aurait dû intervenir huit jours plus tôt, le 3 mars, dans sa première lettre à la nation, et selon une version légèrement différente. Dans ce premier courrier, Bouteflika s’est engagé, s’il était réélu, à convoquer une présidentielle anticipée au bout d’un an, à laquelle il n’aurait pas été candidat. Mais il aurait dû également proposer un remaniement en profondeur et la formation d’« un gouvernement d’union nationale ». Cette proposition (soit le septième point de la lettre) a été supprimée à la dernière minute, juste avant que le texte ne soit adressé aux rédactions le 3 mars.

Selon son entourage, « le président se trouvait encore à Genève et il était délicat de procéder à un remaniement depuis l’étranger ». Le nom de Ramtane Lamamra avait alors été avancé pour succéder à Ahmed Ouyahia. Il a finalement été nommé vice-Premier ministre le 11 mars, tandis que Noureddine Bedoui devenait chef du gouvernement.

Lire les autres articles du dossier

«Démission de Bouteflika : les six semaines qui ont ébranlé l'Algérie»

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte