Politique

Djibril Bassolé évacué en Tunisie, Hama Amadou au Sénat en France, l’affaire Matmati rebondit en Tunisie

© JA

L’ex-ministre burkinabè des Affaires étrangères, poursuivi dans le cadre du procès des auteurs du putsch manqué, a été évacué en Tunisie pour des soins ; L'ancien Premier ministre nigérien, opposant en exil, interviendra lors d'un colloque au Sénat en France, en mai ; L’affaire Kamel Matmati, décédé sous la torture en 1991 à Gabès, rebondit en Tunisie... Chaque semaine, Jeune Afrique vous rend compte de l’activité des contre-pouvoirs africains.

• Burkina : où est Bassolé ?

Djibrill Bassolé, l’ancien ministre burkinabè des Affaires étrangères (ici en 2015). © Camille Millerand pour JA

Souffrant de troubles cardiaques et évacué en Tunisie le 6 mars, Djibrill Bassolé est hospitalisé à Hammamet, où il passe une série d’examens. Son épouse, Rosalie, est à ses côtés.

L’ex-ministre burkinabè des Affaires étrangères s’est engagé à regagner son pays dès qu’il sera rétabli, afin de continuer à participer à son procès.

• Niger-France: Hama Amadou au Sénat

Hama Amadou, à Paris, le 15 septembre 2015. © Vincent Fournier/J.A.

L’opposant Hama Amadou prendra la parole à l’occasion d’un colloque consacré au Sahel, organisé au Sénat français à la mi-mai.

En juillet 2018, l’ancien Premier ministre, qui vit en exil à Paris, avait adressé un courrier à Emmanuel Macron, le saluant pour son action dans la région et lui demandant une audience. Il y critiquait au passage le gouvernement nigérien.

• Tunisie : l’affaire Matmati rebondit

Un comité de soutien à Kamel Matmati devant le tribunal de Gabès, le 29 mai 2018. © DR/ Twitter Akim Rezgui

Premier dossier traité dans le cadre de la justice transitionnelle, l’affaire Kamel Matmati, du nom de cet islamiste décédé sous la torture en 1991 à Gabès, rebondit. Le 13 mars, deux mandats d’amener ont été émis à l’encontre d’Abdallah Kallel, à l’époque ministre de l’Intérieur, et de Mohamed Ali Ganzoui, alors directeur général des services spéciaux.

Sur proposition d’Ennahdha, le gouvernement compte par ailleurs soumettre à l’Assemblée un projet de loi prévoyant que les entreprises se substituent à l’État, dont les caisses sont vides, pour financer un fonds d’indemnisation des victimes.

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte