Politique

Les deux passeports de Guillaume Soro en Côte d’Ivoire, le message de Nezzar à Gaïd Salah en Algérie

Réservé aux abonnés
Par
Mis à jour le 12 novembre 2019 à 16:33

Secrets de Palais © JA

En Côte d’Ivoire, Guillaume Soro a obtenu deux passeports, l’un diplomatique, l’autre ordinaire ; En Algérie, Khaled Nezzar, l’ex-ministre de la Défense, a fait passer un message à Ahmed Gaïd Salah, vice-ministre de la Défense… Chaque semaine, Jeune Afrique vous dévoile les coulisses du pouvoir. Plongée dans les secrets des chefs d’État et de leur premier cercle.

• Côte d’Ivoire : deux passeports pour Soro

Guillaume Soro à Abidjan, le 21 novembre 2018.

Guillaume Soro à Abidjan, le 21 novembre 2018. © Issam Zelji/TRUTHBIRD MEDIAS pour JA

En tant qu’ancien président de l’Assemblée nationale, Guillaume Soro a obtenu début mars son nouveau passeport diplomatique, signé par le ministère des Affaires étrangères.

Il en avait fait la demande après sa démission, en février (en Côte d’Ivoire, les fonctions figurent sur le passeport). Il a également obtenu un passeport ordinaire en tant que député.


>>> À LIRE – Côte d’Ivoire : Guillaume Soro en pré-campagne électorale dans le Nord


• Algérie : le message de Nezzar à Gaïd Salah

Le général Ahmed Gaïd Salah, vice-ministre de la Défense et chef d’état-major de l’armée.

Le général Ahmed Gaïd Salah, vice-ministre de la Défense et chef d’état-major de l’armée. © XINHUA/ZUMA/REA

Les deux hommes ne se parlent plus. Et pourtant, par le truchement de plusieurs émissaires, Khaled Nezzar, l’ex-ministre de la Défense, a fait passer un message à Ahmed Gaïd Salah, vice-ministre de la Défense et chef d’état-major de l’armée, dans lequel il lui recommande de veiller à ce que l’armée ne brutalise pas les manifestants.

Lors des émeutes d’octobre 1988, c’est à Nezzar, alors chef d’état-major de l’armée, que le président Chadli Bendjedid avait fait appel pour restaurer l’ordre. La répression avait fait environ 500 morts.


>>> À LIRE – Présidentielle en Algérie : le général Ahmed Gaïd Salah, arbitre de l’ère post-Bouteflika ?