Agroalimentaire

Engrais : le Nigeria redistribue les cartes

Au port d'Abidjan, pendant le déchargement de sacs d'engrais, en mars 2016. © Jacques Torregano pour JA.

La décision de la Banque centrale nigériane d’interdire l’importation des engrais NPK ravit les industriels locaux autant qu’elle menace les résultats de certains acteurs internationaux.

Thomas Etuh a réussi. En ce 7 décembre 2018, le puissant président du producteur d’engrais TAK Continental et de l’Association des producteurs et des fournisseurs de fertilisants du Nigeria (Fepsan) peut jubiler. La Banque centrale du Nigeria (CBN) vient en effet d’annoncer qu’elle ajoutait les engrais NPK (composite réunissant de l’azote, du phosphore et du potassium) à la liste des biens « non valides pour les opérations de change ».

Vous êtes à présent connecté(e) à votre compte Jeune Afrique, mais vous n'êtes pas abonné(e) à Jeune Afrique Digital

Cet article est réservé aux abonnés


Abonnez-vous à partir de 7,99€pour accéder à tous les articles en illimité

Déjà abonné ?

Besoin d'aide

Vos avantages abonné

  1. 1. Accèdez en illimité à l'ensemble des articles sur le site et l'application Jeuneafrique.com (iOs & Android)
  2. 2. Bénéficiez en avant première, 24 heures avant leur parution, de chaque numéro et hors séries Jeune Afrique sur l'application Jeune Afrique Le Magazine (iOS & Android)
  3. 3. Recevez la newsletter économie quotidienne réservée aux abonnés
  4. 4. Profitez de 2 ans d'archives de Jeune Afrique en édition numérique
  5. 5. Abonnement sans engagement de durée avec l'offre mensuelle tacitement renouvelable*

*Service uniquement disponible pour les abonnements à durée libre.

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte