Politique

Soupçons de corruption au Cameroun : Mebe Ngo’o interrogé dans le cadre de l’affaire Defex

L’ancien ministre de la Défense Edgar Alain Mebe Ngo’o. © Kepseu Jean-Pierre

Arrêté le 6 mars pour des soupçons de détournement de fonds publics, l’ancien ministre de la Défense Edgar Alain Mebe Ngo’o a longuement été interrogé au sujet de l’affaire Defex, une entreprise espagnole ayant passé des contrats avec le Cameroun entre 2010 et 2011.

Soupçonné de détournement de fonds publics et arrêté, Edgar Alain Mebe Ngo’o, l’ancien ministre de la Défense, a été ramené, le 6 mars, à son domicile d’Odza (Yaoundé), qui a été perquisitionné de 11 heures à 2 heures du matin. Il en a profité pour prendre une douche, avant d’être reconduit dans sa cellule au Tribunal criminel spécial.

Les enquêteurs ont saisi certains de ses véhicules, puis perquisitionné la société de location automobile Limousine, propriété de son épouse, Bernadette. Cette dernière a alors été prise d’un malaise, puis hospitalisée dans une clinique privée, où elle est sous la garde des forces de l’ordre.


>>> À LIRE – Cameroun : l’ancien ministre Mebe Ngo’o cerné de toutes parts


Interrogé dans l’affaire « Defex »

Mebe Ngo’o a par ailleurs été longuement interrogé au sujet de l’affaire dite Defex, du nom d’une entreprise espagnole ayant passé des contrats avec le Cameroun en 2010 et 2011. À la demande du juge espagnol José de la Mata, Mebe Ngo’o a répondu de ses relations avec Manuel Iglesias-Sarria, un ex-cadre de Defex, Philippe Bourcier, un homme d’affaires français, Pierre Njine Djonkam, un ex-contre-amiral camerounais, ou Jean-Calvin Momha, un général de brigade. Tous ont, selon la justice espagnole, reçu de Defex des fonds jugés suspects.

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte