Sécurité

Côte d’Ivoire : des militaires du contingent 8400 nommés sergents-chefs

Hamed Bakayoko, ministre de l’Intérieur puis de la Défense, et aujourd’hui maire d’Abobo. © Bruno LEVY pour Jeune Afrique

Le ministre de la Défense Hamed Bakayoko a régularisé les grades de plusieurs centaines de militaires, nommant notamment des mutins du contingent 8400 sergents-chefs.

Le 19 février, le général Lassina Doumbia, chef d’état-major des armées, a, dans une note écrite, informé les militaires de la régularisation de leurs grades. Cette décision a d’abord créé une polémique et alimenté des soupçons de favoritisme, la grande majorité des promus portant un nom à consonance nordiste. Mais elle a surtout apaisé la grogne du contingent 8400, qui, en janvier et en mai 2017, avait été à l’origine d’une mutinerie dans plusieurs villes.

Les questions d’avancement faisaient en effet partie des revendications des mutins, dont certains avaient perçu des primes exceptionnelles sans être promus en 2014 et en 2017.


>>> À LIRE – Côte d’Ivoire : retour sur une étrange mutinerie


Nommés sergents-chefs

Cette année-là, face à leur mécontentement, le ministère de la Défense avait créé une commission chargée d’étudier au cas par cas les quelque 1 000 réclamations recensées. À l’issue des délibérations, plus de 300 militaires ont obtenu gain de cause. Hamed Bakayoko, le ministre de la Défense, a ensuite pris un arrêté pour les nommer sergents-chefs.

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte