Politique

Gabon : une opposition paralysée

L'opposant gabonais Jean Ping. © Vincent Fournier/JA

Si le président gabonais Ali Bongo Ondimba est affaibli, l'opposition peine à imposer le débat sur la « vacance » du pouvoir dans l’agenda politique.

Ils sont curieusement inaudibles. Si Ali Bongo Ondimba (ABO) est affaibli, ses adversaires n’en profitent pas. Pendant de longues semaines, ils ont observé un silence gêné, craignant visiblement d’être accusés de manquer de solidarité républicaine, voire d’humanité. Certains ont bien tenté de se saisir de cette question, comme Jean Ping, qui n’a jusqu’à présent pas reconnu l’élection d’ABO en 2016.

Vous êtes à présent connecté(e) à votre compte Jeune Afrique, mais vous n'êtes pas abonné(e) à Jeune Afrique Digital

Cet article est réservé aux abonnés


Abonnez-vous à partir de 7,99€pour accéder à tous les articles en illimité

Déjà abonné ?

Besoin d'aide

Vos avantages abonné

  1. 1. Accèdez en illimité à l'ensemble des articles sur le site et l'application Jeuneafrique.com (iOs & Android)
  2. 2. Bénéficiez en avant première, 24 heures avant leur parution, de chaque numéro et hors séries Jeune Afrique sur l'application Jeune Afrique Le Magazine (iOS & Android)
  3. 3. Recevez la newsletter économie quotidienne réservée aux abonnés
  4. 4. Profitez de 2 ans d'archives de Jeune Afrique en édition numérique
  5. 5. Abonnement sans engagement de durée avec l'offre mensuelle tacitement renouvelable*

*Service uniquement disponible pour les abonnements à durée libre.

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte