Politique

Tunisie : la machine Youssef Chahed

Le premier ministre tunisien Youssef Chahed. © Christophe Ena/AP/SIPA

Nommé en 2016, Youssef Chahed, le chef du gouvernement tunisien, se maintient à son poste contre vents et marées. Et se prépare à briguer la magistrature suprême en novembre.

«Le couple tuniso-français se porte bien en ce jour de la Saint-Valentin ! » En conférence de presse conjointe, à Matignon, le 14 février, Youssef Chahed ose ce trait d’humour, faisant glousser l’assistance. Mais le chef du gouvernement tunisien n’affiche qu’un sourire en coin. L’enjeu ? Le doublement des investissements directs français en Tunisie d’ici à 2022. En général pince-sans-rire, Chahed plaisante avec une retenue de circonstance. Ses saillies font penser – le mordant en moins – à celles du président Béji Caïd Essebsi (BCE), réputé pour son éloquence.

Vous êtes à présent connecté(e) à votre compte Jeune Afrique, mais vous n'êtes pas abonné(e) à Jeune Afrique Digital

Cet article est réservé aux abonnés


Abonnez-vous à partir de 7,99€pour accéder à tous les articles en illimité

Déjà abonné ?

Besoin d'aide

Vos avantages abonné

  1. 1. Accèdez en illimité à l'ensemble des articles sur le site et l'application Jeuneafrique.com (iOs & Android)
  2. 2. Bénéficiez en avant première, 24 heures avant leur parution, de chaque numéro et hors séries Jeune Afrique sur l'application Jeune Afrique Le Magazine (iOS & Android)
  3. 3. Recevez la newsletter économie quotidienne réservée aux abonnés
  4. 4. Profitez de 2 ans d'archives de Jeune Afrique en édition numérique
  5. 5. Abonnement sans engagement de durée avec l'offre mensuelle tacitement renouvelable*

*Service uniquement disponible pour les abonnements à durée libre.

Fermer

Je me connecte