Politique

Tunisie : Youssef Chahed et Selim Azzabi, binôme complémentaire

Youssef Chahed (à gauche) avec Selim Azzabi, ancien directeur de cabinet de la présidence.

Youssef Chahed (à gauche) avec Selim Azzabi, ancien directeur de cabinet de la présidence. © Hichem

De l’alliance Al Qotb à Tahya Tounes, en passant par Al Joumhouri, l’actuel chef du gouvernement Youssef Chahed et le coordinateur du nouveau parti Selim Azzabi semblent avoir mêlé leurs carrières politiques.

Youssef Chahed est indissociable de Selim Azzabi. Officiellement, leurs chemins se croisent à Al Qotb, une alliance électorale devenue front politique fin 2011. Azzabi en est membre fondateur. À en croire le premier cercle, les deux se seraient côtoyés en réalité bien avant leur engagement politique. Mais nul ne saurait – ou ne souhaite – dire si le duo se connaît depuis l’enfance, depuis vingt ans, ou s’il est uni par des liens familiaux.

Reste que leur ascension est étonnamment parallèle : en 2012, Chahed et Azzabi rejoignent de concert Al Joumhouri, formation qui absorbe leurs partis respectifs. Chahed prend la lumière. « Il était jovial avec une certaine forme d’éloquence et de prestance, se souvient l’ancien ministre Saïd Aïdi. Quand il y avait un meeting, il montait facilement à la tribune. »

Chef de cabinet et Premier Ministre

Lorsqu’il quitte Al Joumhouri pour Nidaa Tounes, Aïdi emmène les deux acolytes. Ils y joueront des rôles clés : Chahed intègre l’instance politique, et Azzabi devient secrétaire général de la campagne présidentielle de BCE puis son chef de cabinet quand celui-ci est élu. « Au début, Youssef Chahed semblait être à la tête du duo, mais, en coulisses, Selim avait l’emprise », croit savoir Saïd Aïdi.

Tunis, le 6 février 2015, Selim Azzabi, Premier Conseiller en charge du Secrétariat Général de la Présidence, dans son bureau du Palais de Carthage

Tunis, le 6 février 2015, Selim Azzabi, Premier Conseiller en charge du Secrétariat Général de la Présidence, dans son bureau du Palais de Carthage © Ons Abid pour JA

Les proches décrivent surtout un binôme complémentaire. « Selim connaît tout le monde, c’est un homme de confiance », explique Fayçal Hafiane, ancien membre du bureau exécutif de Nidaa, secrétaire d’État, puis conseiller à la présidence. L’ancien ministre Mehdi Ben Gharbia, qui fréquente les deux compères depuis l’épopée Al Joumhouri, confirme : « Selim a été de tous les succès électoraux. C’est une figure de proue dont on ne peut que saluer le sens de la retenue et du dialogue. »


>>> À LIRE – Tunisie : Tahya Tounes, le nouveau parti dans le giron de Youssef Chahed


Le duo s’est-il réparti les rôles ? Depuis Carthage, c’est Azzabi qui aurait soufflé le nom de Chahed pour la primature. BCE l’y hisse. Selim Azzabi quitte la direction du cabinet de la présidence en octobre 2018. En février dernier, il se voit propulsé sur le devant de la scène en tant que coordinateur de Tahya Tounes. Le parti nouvellement créé défend le bilan gouvernemental de Chahed. Dans ce jeu d’ombre et de lumière, les deux hommes seront-ils interchangeables ?

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte