Elections
Des manifestants contre la candidature du président Abdelaziz Bouteflika à un cinquième mandat, vendredi 1er mars à Alger. © Anis Belghoul/AP/SIPA

Cet article est issu du dossier

Démission de Bouteflika : les six semaines qui ont ébranlé l’Algérie

Voir tout le sommaire
Politique

[Édito] Le cas algérien

L’Algérie est certes un cas extrême, mais pas sans précédent : des pays plus démocratiques ont déjà connu aussi des présidents malades. Laissons aux Algériens quelques mois de plus pour trouver une issue à leur situation.

Réservé aux abonnés
Mis à jour le 12 novembre 2019 à 16:39
Béchir Ben Yahmed

Par Béchir Ben Yahmed

Béchir Ben Yahmed a fondé Jeune Afrique le 17 octobre 1960 à Tunis. Il fut président-directeur général du groupe Jeune Afrique jusqu'à son décès, le 3 mai 2021.

Manifestation contre un cinquième mandant d’Abdelaziz Bouteflika, à Alger, le 1er mars 2019. © Toufik Doudou/AP/SIPA

Les pays africains se rapprochent-ils, année après année, chacun à son rythme et selon ses spécificités, de la démocratie ? Sont-ils en train d’édifier des sociétés où l’État de droit est respecté ? Beaucoup d’entre nous le croient. Je sais, bien sûr, que la démocratie est désirée par tous les peuples. Et je n’ignore pas qu’il faut du temps et des efforts pour parcourir la distance qui la sépare de la dictature. Mais lorsque je vois ce qui se passe en ce moment au Soudan, qui va de dictature en dictature depuis près d’un siècle, je me prends à m’interroger : le chemin vers la démocratie est-il ouvert à tous les pays ?