Diplomatie

Levée des sanctions de l’UE : Tshisekedi résiste à la pression de Kabila

Félix Tshisekedi brandissant la Constitution congolaise, le jour de son investiture à la présidence de la République.

Félix Tshisekedi brandissant la Constitution congolaise, le jour de son investiture à la présidence de la République. © AP Photo/Jerome Delay

Depuis l’investiture du nouveau président, le 24 janvier, le camp Kabila et le camp Tshisekedi n’ont pas affiché leurs divergences… Sauf à une occasion.

Le 15 février, lors d’une cérémonie de vœux devant le corps diplomatique à Kinshasa, le ministre congolais des Affaires étrangères, Léonard She Okitundu – un fidèle de Kabila – a préparé pour le nouveau président un discours dans lequel ce dernier devait « lancer un appel pressant pour la levée des sanctions » de l’Union européenne (UE) visant quatorze responsables sécuritaires de l’ancien régime.

Félix Tshisekedi a découvert cette phrase au dernier moment et a refusé de la prononcer, alors qu’elle figurait déjà dans la version écrite distribuée à la presse. « Le chef de l’État n’a pas voulu obéir à une forme de pression, d’où qu’elle vienne », confie l’un de ses proches.


>>> À LIRE – RDC : Félix Tshisekedi veut « redynamiser » les relations avec l’Union européenne


Pour mettre fin à une brouille d’un an avec les Européens, le nouveau président congolais vient d’accepter la réouverture de la Maison Schengen, qui traite à Kinshasa les demandes de visa pour l’UE. Côté congolais, l’accord n’a pas été signé par le ministre She Okitundu mais par François Beya, le nouveau conseiller sécurité à la présidence. Sur le plan de la diplomatie, le camp Kabila perd du terrain.

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte