Cinéma

Quand Nollywood séduit Netflix

The Burial of Kojo. ©

Depuis une dizaine d’années, le catalogue de la plateforme de films et de séries en ligne Netflix ne cesse de s’étoffer. Notamment avec des contenus africains, entre acquisitions et créations originales.

«C’était un rêve. » C’est en ces termes que le musicien et rappeur ghanéen Samuel Bazawule, plus connu sous le nom de Blitz The Ambassador, a qualifié, sur Twitter, sa rencontre avec Ava DuVernay, en février. La réalisatrice africaine-américaine a fait l’acquisition, en partenariat avec Netflix, de The Burial of Kojo, le tout premier film de l’artiste.

À compter du 31 mars, ce long-métrage sélectionné pour le Festival international du film panafricain de Cannes prendra place au sein du catalogue foisonnant de Netflix, géant américain du service de vidéo à la demande. The Burial of Kojo vient s’ajouter à la longue liste des productions réalisées en Afrique que l’on retrouve désormais sur Netflix.

Vous êtes à présent connecté(e) à votre compte Jeune Afrique, mais vous n'êtes pas abonné(e) à Jeune Afrique Digital

Cet article est réservé aux abonnés


Abonnez-vous à partir de 7,99€pour accéder à tous les articles en illimité

Déjà abonné ?

Besoin d'aide

Vos avantages abonné

  1. 1. Accèdez en illimité à l'ensemble des articles sur le site et l'application Jeuneafrique.com (iOs & Android)
  2. 2. Bénéficiez en avant première, 24 heures avant leur parution, de chaque numéro et hors séries Jeune Afrique sur l'application Jeune Afrique Le Magazine (iOS & Android)
  3. 3. Recevez la newsletter économie quotidienne réservée aux abonnés
  4. 4. Profitez de 2 ans d'archives de Jeune Afrique en édition numérique
  5. 5. Abonnement sans engagement de durée avec l'offre mensuelle tacitement renouvelable*

*Service uniquement disponible pour les abonnements à durée libre.

Fermer

Je me connecte