Dossier

Cet article est issu du dossier «Espagne-Afrique : à l’heure des retrouvailles»

Voir tout le sommaire
Entreprises & marchés

Espagne-Afrique : 3 questions à Álvaro Schweinfurth (CEOE)

Álvaro Schweinfurth © DR

Selon le directeur adjoint des relations internationales de la Confédération espagnole des organisations entrepreneuriales (CEOE), 80 % des membres de l'organisation patronale hispanique travaillent désormais sur le continent.

Combien de vos adhérents travaillent aujourd’hui avec le continent africain ?

La CEOE regroupe plus de 200 organisations entrepreneuriales représentant un peu plus de 2 millions de sociétés à travers le pays, auxquelles viennent s’ajouter une centaine de compagnies directement affiliées. Nous estimons qu’actuellement près de 80 % de nos membres sont présents en Afrique. Plus de 1 600 entreprises espagnoles travaillent physiquement sur le continent, et elles sont environ 40 000 à entretenir des relations commerciales, à l’import ou à l’export, avec un pays africain.


>>> À LIRE – Eaux usées : l’espagnol Salher mise sur l’Afrique subsharienne


Bien sûr, nos adhérents s’intéressent d’abord au nord du continent, mais, depuis dix ans, ils regardent davantage vers le sud. L’Afrique du Sud est ainsi devenue une porte d’entrée commerciale importante pour nos entreprises. Le pays est aujourd’hui la première destination subsaharienne pour les exportations espagnoles, loin devant le Sénégal et le Nigeria, qui complètent le tiercé.

Comment soutenez-vous leurs actions sur le continent ?

La CEOE entretient de très bonnes relations avec les organisations entrepreneuriales africaines ainsi qu’avec le corps diplomatique africain en Espagne. Nous organisons chaque année plus de trente événements à caractère entrepreneurial centrés uniquement sur le continent africain. En 2017, nous avons notamment conduit une délégation d’entrepreneurs espagnols en Afrique du Sud et organisé des rencontres à l’occasion de la visite à Madrid de représentants de la Cedeao et de divers gouvernements africains.

Dans quels secteurs en particulier les entreprises espagnoles investissent-elles en Afrique subsaharienne ?

Nos entreprises se démarquent plus par leur activité commerciale que par leurs investissements, mais elles sont présentes dans de nombreux secteurs, de l’automobile à la pêche, en passant par la construction ou le tourisme. Les projets livrés clés en main concernent davantage l’eau et l’énergie, notamment renouvelable, domaine dans lequel nos entreprises disposent d’une réelle expertise.

Fermer

Je me connecte