Diplomatie

FAO : le candidat chinois favorisé pour succéder à José Graziano da Silva ?

Réservé aux abonnés | | Par Jeune Afrique
Mis à jour le 23 octobre 2019 à 20h50
Logo de la FAO (illustration)

Logo de la FAO (illustration) © www.fao.org

Alors que la date de clôture des candidatures au poste de directeur général de la FAO a été fixée au 28 février, les manœuvres battent leur plein en coulisse.

Quatre candidats à ce poste longtemps détenu par le Sénégalais Jacques Diouf (1994-2012) sont pour le moment déclarés : l’Indien Ramesh Chand, le Chinois Qu Dongyu, le Géorgien Davit Kirvalidze et la Française Catherine Geslain-Lanéelle.
Lors d’une table ronde organisée par la FAO au Forum mondial sur l’alimentation, à Berlin (17-19 janvier), l’actuel directeur général, le Brésilien José Graziano da Silva, a invité le candidat chinois à s’exprimer. Le 20 janvier, Reenat Sandhu, l’ambassadrice de l’Inde auprès de la FAO, a aussitôt réclamé davantage de neutralité. Le message a-t-il été entendu ? Quelques jours plus tard, une note interne de la direction rappelait à chaque agent de la FAO son devoir de réserve durant la campagne. En décembre 2018 déjà, des tweets du compte officiel de l’organisation onusienne, jugés trop amènes envers Pékin, avaient choqué les candidats concurrents.

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3104_600 devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€
Fermer