Diplomatie

Dette cachée du Mozambique : Jean Boustani avait aussi organisé la visite de João Lourenço en France

Réservé aux abonnés | | Par Jeune Afrique
Mis à jour le 01 mars 2019 à 16h59
Vue de Maputo, capitale du Mozambique.

Vue de Maputo, capitale du Mozambique. © Gustavo Sugahara/CC/Flickr

Le Libanais Jean Boustani, arrêté à New York dans le cadre de l’affaire de la « dette cachée » du Mozambique, a également collaboré avec l’Angola. Notamment dans le cadre de la visite du président João Lourenço en France, en mai dernier.

Soupçonné d’être impliqué dans le scandale de la « dette cachée » du Mozambique et arrêté le 2 janvier à New York, le Libanais Jean Boustani a également collaboré avec l’Angola.
En mai 2018, il avait organisé une partie de la visite en France du président João Lourenço. Et en 2016, la société Privinvest, du franco-libanais Iskandar Safa, pour qui il a travaillé au Mozambique, avait signé avec l’Angola un contrat de 495 millions d’euros portant sur la fourniture de 17 navires militaires fabriqués dans des chantiers navals de Cherbourg (France).

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€

Abonné(e) au journal papier ?

Activez votre compte
Fermer

Je me connecte