Diplomatie

Crise en Libye : Syrte, carrefour du dialogue

Réservé aux abonnés | | Par Jeune Afrique
Mis à jour le 01 mars 2019 à 17h15
Un militaire libyen à Sirte, en février 2015. Photo prise par  Mohamed Ben Khalifa, qui a été tué le 19 janvier 2019.

Un militaire libyen à Sirte, en février 2015. Photo prise par Mohamed Ben Khalifa, qui a été tué le 19 janvier 2019. © Mohamed Ben Khalifa/AP/SIPA

Le Conseil suprême des tribus et villes libyennes organise, fin mars, à Syrte, une conférence consacrée au dialogue interlibyen.

La plupart des parties y seront représentées : gouvernement de Tripoli, Haut Conseil d’État, Chambre des représentants, Armée nationale libyenne, délégations des villes de Misrata et de Zintan, délégations de Toubous, de Touaregs et des Brigades de défense de Benghazi.
Ce conseil rassemble des leaders tribaux proches des cercles kadhafistes. Ageli Abdoussalam Brani, son président, a invité par courrier Ghassan Salamé, le représentant spécial du secrétaire général de l’ONU pour la Libye, ainsi que des représentants de l’UE, de la Ligue arabe et de l’UA. Denis Sassou Nguesso, qui s’est entretenu avec Brani début février à Brazzaville, est également convié. Le chef de l’État congolais, qui préside le Comité de haut niveau de l’UA sur la Libye, avait déjà réuni le Conseil suprême à Brazzaville en novembre 2017.

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3092_600x855 devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€

Abonné(e) au journal papier ?

Activez votre compte
Fermer

Je me connecte