Politique

Mali : les fatwas de Mahmoud Dicko

L'imam Mahmoud Dicko à Bamako, le 9 février. © E.B.Daou

Fort d’une importante capacité de mobilisation, le rigoriste président du Haut Conseil islamique du Mali, Mahmoud Dicko, affiche son hostilité envers le gouvernement.

Bien des hommes politiques rêveraient de rassembler autant de monde. Ce dimanche 10 février, au stade du 26-Mars, à Bamako, ils étaient entre 60 000 et 100 000 à avoir répondu à l’appel de Mahmoud Dicko et de Bouyé Haïdara, le chérif de Nioro. Quelques milliers de personnes étaient arrivées dès la veille pour s’assurer d’avoir une place dans l’enceinte bondée. Faute de pouvoir y entrer, beaucoup ont suivi les prêches à l’extérieur du stade, à la radio.

Vous êtes à présent connecté(e) à votre compte Jeune Afrique, mais vous n'êtes pas abonné(e) à Jeune Afrique Digital

Cet article est réservé aux abonnés


Abonnez-vous à partir de 7,99€pour accéder à tous les articles en illimité

Déjà abonné ?

Besoin d'aide

Vos avantages abonné

  1. 1. Accèdez en illimité à l'ensemble des articles sur le site et l'application Jeuneafrique.com (iOs & Android)
  2. 2. Bénéficiez en avant première, 24 heures avant leur parution, de chaque numéro et hors séries Jeune Afrique sur l'application Jeune Afrique Le Magazine (iOS & Android)
  3. 3. Recevez la newsletter économie quotidienne réservée aux abonnés
  4. 4. Profitez de 2 ans d'archives de Jeune Afrique en édition numérique
  5. 5. Abonnement sans engagement de durée avec l'offre mensuelle tacitement renouvelable*

*Service uniquement disponible pour les abonnements à durée libre.

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte