Société

Au Sénégal, les militantes féministes redonnent de la voix

Les actrices de la série "C’est la vie", de g. à dr.: Awa Djiga Kane, Fatou Jupiter Touré et Ndiaye Cire © Youri Lenquette pour JA

Quarante ans après Awa Thiam et Mariama Bâ, une nouvelle génération de militantes prend la parole, la plume ou le clavier au Sénégal.

« Prendre une seconde femme, mais ne pas oublier l’extincteur. » Voilà le genre de railleries qui circulaient dans la presse sénégalaise et sur les réseaux sociaux après qu’une femme avait immolé son mari en apprenant que celui-ci prenait une seconde épouse. « Des propos impensables il y a cinquante ans », selon l’écrivaine Marie-Angélique Savané, 71 ans, figure de proue du féminisme dans le pays qui assure que, dans les années 1970, ils auraient été condamnés.


>>> À LIRE – Sénégal : une parité à l’Assemblée, mais pas à tous les niveaux politiques


Vous êtes à présent connecté(e) à votre compte Jeune Afrique, mais vous n'êtes pas abonné(e) à Jeune Afrique Digital

Cet article est réservé aux abonnés


Abonnez-vous à partir de 7,99€pour accéder à tous les articles en illimité

Déjà abonné ?

Besoin d'aide

Vos avantages abonné

  1. 1. Accèdez en illimité à l'ensemble des articles sur le site et l'application Jeuneafrique.com (iOs & Android)
  2. 2. Bénéficiez en avant première, 24 heures avant leur parution, de chaque numéro et hors séries Jeune Afrique sur l'application Jeune Afrique Le Magazine (iOS & Android)
  3. 3. Recevez la newsletter économie quotidienne réservée aux abonnés
  4. 4. Profitez de 2 ans d'archives de Jeune Afrique en édition numérique
  5. 5. Abonnement sans engagement de durée avec l'offre mensuelle tacitement renouvelable*

*Service uniquement disponible pour les abonnements à durée libre.

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte