Dossier

Cet article est issu du dossier «CFAO : une mue contrariée»

Voir tout le sommaire
Conso & Distribution

CFAO : beaucoup reste à faire pour l’africanisation des cadres

Le premier Carrefour Market dakarois a ouvert début janvier 2019 au Point E. © Groupe CFAO tous droits réservés

Obstacle à l’évolution rapide de CFAO vers une meilleure compréhension du consommateur : la faible africanisation de l’encadrement. Il n’y a actuellement pas un seul Africain parmi les dix-sept membres du comité exécutif du groupe.

Au niveau des filiales locales, ce sont essentiellement des expatriés français qui tiennent les rênes, et particulièrement dans la zone francophone, à l’exception de quelques entités de CFAO Technologies.

Un programme a été lancé pour changer la donne, avec une sélection de cinquante candidats africains invités à un séminaire à Paris, dont cinq prendront à terme des responsabilités managériales.

L’intégration dans CFAO des équipes de TTC et TMC d’Afrique de l’Est et d’Afrique australe, plus africaines que celles issues du groupe français, devrait aussi accélérer les choses.


>>> À LIRE : Rachat de CFAO : mais qui est TTC ?


La nomination d’un Sénégalais, dont l’identité n’est pas encore révélée, pour diriger le développement de l’enseigne Supeco pour CFAO Retail, est attendue dans les prochains jours. Mais la route semble encore longue avant l’émergence d’une équipe dirigeante réellement diverse.

Fermer

Je me connecte