Grande distribution
Vue d’un concessionnaire CFAO à Dakar.  Le 27 juillet 2012. Sénégal, Dakar.

Cet article est issu du dossier

CFAO : une mue contrariée

Voir tout le sommaire
Société

Healthcare, la branche santé de CFAO, aimerait se rapprocher des patients

Réservé aux abonnés
Mis à jour le 18 février 2019 à 15:31

Jean-Marc Leccia CEO of Eurapharma à Paris le 1er septembre 2017.Photo : Bruno Levy pour Jeune Afrique © Bruno Levy / JA

C’est une activité historique qui demeure extrêmement importante pour CFAO. La production et la distribution de médicaments et de dispositifs médicaux en Afrique et dans les territoires français d’outre-mer ont rapporté au groupe environ 1,4 milliard d’euros en 2017.

Si Jean-Marc Leccia, patron de cette division renommée Healthcare (la marque Eurapharma va disparaître) assure à Jeune Afrique que tous les indicateurs de la branche sont en progression, les chiffres publiés par sa maison mère TTC concernant le secteur de la santé de sa division Afrique montrent pourtant un léger fléchissement de la rentabilité au cours des trois derniers trimestres.

Après avoir été longtemps dans une situation de quasi-monopole, CFAO fait face depuis dix ans dans les pays francophones à la montée en puissance d’autres groupes, comme les français Cerp et Ubipharm.

Intégration verticale

Les marchés d’Afrique anglophone – Kenya, Ouganda, Tanzanie, Ghana, Nigeria, auxquels le groupe a associé l’Angola – pèsent, eux, beaucoup moins lourd (environ 60 millions d’euros en 2015). Adepte d’une gestion rigoureuse, CFAO Healthcare n’a pas, selon un bon connaisseur de l’entreprise, consenti les efforts financiers nécessaires pour s’y développer davantage et voit là aussi la compétition s’intensifier, à l’image de la réussite du sud-africain Imperial.

Pour contrer cette concurrence, Jean-Marc Leccia veut faire de CFAO un acteur verticalement intégré, de la production à la distribution. Une stratégie concrétisée en 2017 au Maroc, où Eurapharma a pris pied en faisant l’acquisition de 51 % du capital de Maphar, filiale de Sanofi, propriétaire d’une usine et d’un réseau de distribution.


>>> À LIRE – Richard Bielle, CFAO : « Notre histoire, c’est l’Afrique. Notre projet, c’est l’Afrique »


Ce n’est pas une première, puisque CFAO produit aussi des médicaments en Algérie depuis 2011 pour contourner les restrictions d’importations (levées en 2018). Outre l’ouverture d’un nouveau marché, l’opération marocaine a permis au groupe de se voir confier la distribution des produits de Sanofi dans trente-cinq pays subsahariens.

La division Healthcare a fait aussi une incursion dans le secteur des centres d’imagerie médicale et des diagnostics, via des implantations au Ghana et au Nigeria, avec pour ambition de toucher directement les patients. Là encore, CFAO ne veut plus se cantonner à un modèle B to B.