Dossier

Cet article est issu du dossier «Présidentielle au Sénégal : un « coup KO » réussi pour Macky Sall»

Voir tout le sommaire
Elections

Présidentielle au Sénégal : opposition cherche second tour

Le candidat sénégalais à la présidentielle, Ousmane Sonko © SEYLLOU/AFP

Affaiblie et encore tributaire d’Abdoulaye Wade, qui appelle au boycott d’un scrutin qu’il dit « verrouillé », l’opposition jouera gros le 24 février. Parviendra-t-elle à mettre Macky Sall en ballotage ?

Même le plus pessimiste des opposants n’aurait songé à pareil scénario. Fin 2018, c’est une opposition dispersée, mais forte de 26 représentants, qui avait déposé ses dossiers de candidature devant le Conseil constitutionnel. Or seuls quatre d’entre eux ont reçu des « sages » l’autorisation de défier le président sortant dans les urnes. Pour dénicher un équivalent à cette compétition restreinte qui, le 24 février, opposera à Macky Sall un quatuor composé de Madické Niang, El Hadji Issa Sall, Idrissa Seck et Ousmane Sonko, il faut remonter jusqu’en 1988, où seulement quatre candidats avaient concouru.

Trente ans plus tard, décimée par la nouvelle loi sur les parrainages citoyens – qui s’est révélée un impitoyable couperet –, l’opposition accuse le coup. Elle n’en est pas pour autant devenue aphone. Quotidiennement, par conférences de presse et communiqués interposés, les détracteurs de l’exécutif déversent leur vindicte sur celui qu’ils accusent de vouloir les museler collectivement.


>>> À LIRE – Présidentielle au Sénégal : pourquoi 19 candidats de l’opposition ont été écartés


« En nous privant de nos droits constitutionnels et en mettant le pays sous le joug de l’oppression contre les valeurs démocratiques et la sauvegarde des libertés, le président Macky Sall et son régime ne nous laissent aucun autre choix, pour la défense de nos droits citoyens et républicains, que celui de la confrontation politique », déclarait ainsi Malick Gakou, du Grand Parti, le 21 janvier.

Vous êtes à présent connecté(e) à votre compte Jeune Afrique, mais vous n'êtes pas abonné(e) à Jeune Afrique Digital

Cet article est réservé aux abonnés


Abonnez-vous à partir de 7,99€pour accéder à tous les articles en illimité

Déjà abonné ?

Besoin d'aide

Vos avantages abonné

  1. 1. Accèdez en illimité à l'ensemble des articles sur le site et l'application Jeuneafrique.com (iOs & Android)
  2. 2. Bénéficiez en avant première, 24 heures avant leur parution, de chaque numéro et hors séries Jeune Afrique sur l'application Jeune Afrique Le Magazine (iOS & Android)
  3. 3. Recevez la newsletter économie quotidienne réservée aux abonnés
  4. 4. Profitez de 2 ans d'archives de Jeune Afrique en édition numérique
  5. 5. Abonnement sans engagement de durée avec l'offre mensuelle tacitement renouvelable*

*Service uniquement disponible pour les abonnements à durée libre.

Lire les autres articles du dossier

«Présidentielle au Sénégal : un « coup KO » réussi pour Macky Sall»

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte