Politique

Tunisie : grandes manœuvres en vue des législatives et de la présidentielle

Le chef de l’État, Béji Caïd Essebsi (à dr.), et le président d’Ennahdha, Rached Ghannouchi, le 20 septembre, au palais de Carthage. © Mohamed Hammi/SIPA

Entre islamistes et "modernistes", le petit jeu des alliances a repris de plus belle en Tunisie. Avec en point de mire les législatives d’octobre et la présidentielle de novembre.

Ennahdha cherchait à reprendre la main sur le récit médiatique. Deux annonces lui auront permis de faire les gros titres. Le 12 février, Lotfi Zitoun, membre du bureau exécutif, a exhumé de nouveau l’hypothèse d’une candidature de Rached Ghannouchi, chef du parti, à la présidentielle. Celui-là même qui, quelques jours plus tôt, avait provoqué un tollé en s’octroyant le beau rôle dans la résolution du conflit qui minait le secteur de l’enseignement. Le chef du gouvernement, Youssef Chahed, a alors dû improviser une allocution télévisée, tandis que l’UGTT, syndicat majoritaire, se fendait d’un démenti, accusant le chef des islamistes de chercher à tirer la couverture à lui.

Vous êtes à présent connecté(e) à votre compte Jeune Afrique, mais vous n'êtes pas abonné(e) à Jeune Afrique Digital

Cet article est réservé aux abonnés


Abonnez-vous à partir de 7,99€pour accéder à tous les articles en illimité

Déjà abonné ?

Besoin d'aide

Vos avantages abonné

  1. 1. Accèdez en illimité à l'ensemble des articles sur le site et l'application Jeuneafrique.com (iOs & Android)
  2. 2. Bénéficiez en avant première, 24 heures avant leur parution, de chaque numéro et hors séries Jeune Afrique sur l'application Jeune Afrique Le Magazine (iOS & Android)
  3. 3. Recevez la newsletter économie quotidienne réservée aux abonnés
  4. 4. Profitez de 2 ans d'archives de Jeune Afrique en édition numérique
  5. 5. Abonnement sans engagement de durée avec l'offre mensuelle tacitement renouvelable*

*Service uniquement disponible pour les abonnements à durée libre.

Fermer

Je me connecte