Diplomatie

Cameroun : Paul Biya zappe la conférence générale anglophone du cardinal Christian Tumi

Réservé aux abonnés | | Par Jeune Afrique
Paul Biya, le président camerounais.

Paul Biya, le président camerounais. © Lintao Zhang/AP/SIPA

Cinq mois après la promesse du président Paul Biya de proposer un rendez-vous au cardinal Christian Tumi, qui projetait d’organiser la All Anglophone Conference (AAC), aucun contact n’a été établi entre les deux hommes.

En août 2018, Paul Biya avait promis à Gilles Thibault, l’ambassadeur de France, qu’il proposerait un rendez-vous au cardinal Christian Tumi, l’archevêque émérite de Douala. Cet ecclésiastique critique envers le pouvoir projetait d’organiser la All Anglophone Conference (AAC), censée constituer la première étape d’un dialogue national de sortie de crise.

Ces assises devaient rassembler les anglophones des tendances unionistes, fédéralistes et séparatistes, qui s’opposent notamment sur la forme de l’État.


>>> À LIRE – Crise anglophone au Cameroun : « La classe politique a failli », selon Simon Munzu


Plus sur l’agenda politique

Or, cinq mois plus tard, aucun contact n’a été établi entre le président et le cardinal. La conférence avait été reportée du 19 octobre aux 21 et 22 novembre 2018, avant de disparaître de l’agenda politique.

Menacé par les Ambazoniens, l’universitaire fédéraliste Simon Munzu a, depuis, démissionné du comité d’organisation, dont il était la cheville ouvrière. Le journaliste Elie Smith, qui l’a remplacé, continue de lever des fonds destinés à financer cette initiative.

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€

Abonné(e) au journal papier ?

Activez votre compte
Fermer

Je me connecte