Cinéma

Cinéma : Fatou N’Diaye crève l’écran dans « Un Ange »

L’actrice révélée par le téléfilm Fatou la Malienne. © stephan vanfleteren

Fatou N’Diaye rayonne dans « Un ange », du réalisateur belge Koen Mortier, une fable amoureuse inspirée d’un fait réel : la mort mystérieuse d’un coureur cycliste au Sénégal.

Elle ne parle pas, ou presque… et pourtant, elle crève l’écran. Dans Un ange, Fatou N’Diaye incarne Fae, une prostituée sénégalaise qui s’éprend de Thierry (Vincent Rottiers). Elle est une femme forte, une « thiaga » qui sait ce qu’elle veut. Lui est un sportif célèbre, champion cycliste brisé par la drogue. Tous deux ont fait de leur corps un instrument de travail répondant aux attentes de leurs clients ou de leurs fans.

Un ange raconte leur amour impossible le temps d’une nuit passionnée et tragique. Le réalisateur, Koen Mortier, dont c’est le troisième long-métrage, a adapté un roman du Flamand Dimitri Verhulst, inspiré d’un fait divers : le décès suspect, en 2009, de Franck Vandenbroucke, à 34 ans, dans une maison d’hôtes de la station balnéaire de Saly, haut lieu du tourisme sexuel.

Fatou N’diaye dans un rêve éveillé

Autant le dire rapidement : sans ces principaux acteurs, cette histoire aurait du mal à convaincre. Filmé au pays de la Teranga, ce long-métrage ne sort jamais vraiment des sentiers battus par les touristes – aéroport, hôtel, boîtes de nuit… – pour faire de Dakar autre chose qu’un décor. On peine à croire à cette idylle entre la prostituée et le cycliste. Et s’il s’agissait de filmer une fantasmagorie, pourquoi la raccrocher à un fait divers ?

je ne voulais pas que l’on donne une vision fantasmée ou misérabiliste du Sénégal

Reste néanmoins une photographie parfaitement maîtrisée qui contribue à nous plonger dans un rêve (ou un cauchemar) éveillé. Ainsi que le jeu tout en excès de Vincent Rottiers et celui, en finesse et en retenue, de Fatou N’Diaye.


>>> À LIRE – Beauté : Fatou N’diaye, blogueuse mode engagée


L’actrice de 39 ans est déjà apparue plusieurs fois sur le petit écran (elle a été révélée par Fatou la Malienne) et sur le grand (la comédie musicale Nha fala, Un dimanche à Kigali…). « Le scénario, à la lecture, me faisait un peu peur : je ne voulais pas que l’on donne une vision fantasmée ou misérabiliste du Sénégal, confie-t-elle. Mais Koen Mortier m’a rassurée. Il avait un vrai point de vue artistique et souhaitait d’abord raconter une histoire humaine. »

Autodidacte

Originaire de Saint-Louis, la comédienne a dû « retravailler un peu le wolof pour le rôle ». Elle a quitté la ville à l’âge de 7 ans, avec sa mère, pour rejoindre le 11e arrondissement de Paris. Autodidacte assumée, elle a eu une révélation émerveillée en regardant la comédie musicale Chantons sous la pluie. « Je ne me suis jamais inscrite dans un conservatoire de danse ou de chant, étant petite, mais j’ai passé des heures dans ma chambre à m’entraîner ! » sourit-elle. Remarquée par le photographe italien Oliviero Toscani (célèbre pour sa collaboration aux campagnes publicitaires de Benetton), elle commence néanmoins par faire du mannequinat, à 17 ans.

C’était la première fois que je me sentais aussi libre de faire des propositions de jeu

Cérébrale, et même « un peu scolaire », elle avoue « avoir besoin de beaucoup réfléchir, de discuter, de lire pour faire entrer ensuite le rôle dans le corps ». Dans Un ange, elle a contribué à refaçonner le personnage : « C’était la première fois que je me sentais aussi libre de faire des propositions de jeu », s’enthousiasme celle qui a pu intervenir sur des dialogues.

On la retrouvera bientôt dans une production italienne : L’Indesirato, une comédie d’Aldo Baglio. « L’histoire d’un Italien du Sud un peu facho et qui est pris pour un Arabe dans son propre pays ! » De quoi confirmer que Fatou N’Diaye peut s’attaquer à un éventail très (très) large de rôles.

Un ange, de Koen Mortier, sortie française le 13 février

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte