Diplomatie

[Document] Centrafrique : ce que Nourreddine Adam a écrit à Emmanuel Macron

Noureddine Adam à Birao, dans le Nord, en décembre 2017. © ALEXIS HUGUET/AFP

Fin décembre, avant que le dernier round des pourparlers de paix ne démarrent à Khartoum, Nourreddine Adam, chef du groupe armé du Front populaire pour la renaissance de la Centrafrique (FPRC), a adressé une lettre au président français pour lui demander de s'impliquer en tant que « médiateur ».

Avant de se rendre à Khartoum (Soudan), où se sont ouverts le 24 janvier des pourparlers de paix sur la Centrafrique qui ont débouché, samedi 2 février, sur un accord dont le contenu n’est pas encore connu, Noureddine Adam, qui n’y participe pas directement mais se fait représenter par Abakar Sabon, le porte-parole du FPRC (principal groupe armé centrafricain), avait écrit à Emmanuel Macron (voir document ci-dessous).


>>> À LIRE – Centrafrique – Noureddine Adam : « C’est bien que la Russie fasse ce que la France ne fait plus »


Pas de réponse de l’Élysée

Dans cette lettre de deux pages, datée du 20 décembre 2018, le chef du FPRC demandait au président français de s’impliquer « en tant que médiateur dans le dossier épineux de la crise ».

La France ne souhaite pas engager de dialogue avec lui ni avec un autre rebelle, à l’inverse de la Russie

Un intermédiaire proche de François Hollande a déposé cette lettre (dont une copie était adressée à Franck Paris, conseiller Afrique du chef de l’État français) à l’Élysée le 26 décembre.

Adam n’a pas reçu de réponse. Selon nos sources, la France ne souhaite pas engager de dialogue avec lui ni avec un autre rebelle, à l’inverse de la Russie, à l’égard de laquelle Paris se montre critique.

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte