Politique

Cameroun : Maurice Kamto, rebelle malgré lui

Dans les locaux de Jeune Afrique, le 22 mai 2018. © Jacques Torregano pour JA

Accusé, entre autres, d’« insurrection », l’opposant camerounais, candidat malheureux à l’élection présidentielle d’octobre, a été interpellé le 28 janvier. De quoi conforter Maurice Kamto dans la position d’adversaire numéro un de Paul Biya ?

Le début de l’année 2019 s’annonçait pourtant calme sur les collines de Yaoundé. Certes, les clans s’affrontaient au sein d’un gouvernement remanié, et les échos de la guerre en zone anglophone se faisaient entendre. Mais l’ombre de Maurice Kamto semblait ne plus planer sur Etoudi, où Paul Biya avait renouvelé son bail de sept ans en octobre. Qu’en était-il de la stratégie du président du Mouvement pour la renaissance du Cameroun (MRC), qui se présentait toujours comme le « président élu » du pays ?

Vous êtes à présent connecté(e) à votre compte Jeune Afrique, mais vous n'êtes pas abonné(e) à Jeune Afrique Digital

Cet article est réservé aux abonnés


Abonnez-vous à partir de 7,99€pour accéder à tous les articles en illimité

Déjà abonné ?

Besoin d'aide

Vos avantages abonné

  1. 1. Accèdez en illimité à l'ensemble des articles sur le site et l'application Jeuneafrique.com (iOs & Android)
  2. 2. Bénéficiez en avant première, 24 heures avant leur parution, de chaque numéro et hors séries Jeune Afrique sur l'application Jeune Afrique Le Magazine (iOS & Android)
  3. 3. Recevez la newsletter économie quotidienne réservée aux abonnés
  4. 4. Profitez de 2 ans d'archives de Jeune Afrique en édition numérique
  5. 5. Abonnement sans engagement de durée avec l'offre mensuelle tacitement renouvelable*

*Service uniquement disponible pour les abonnements à durée libre.

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte