Politique

Madagascar : le gouvernement de Christian Ntsay, une équipe de techniciens

Photo de famille du gouvernement malgache remanié, au palais d’Iavoloha. © Toni rasoamiaramanana

Reconduit à son poste, le Premier ministre, Christian Ntsay, a dévoilé le 24 janvier la composition de sa nouvelle équipe, qui fait la part belle aux techniciens et aux personnalités issues du monde des affaires.

La diplomatie revient à Naina Andriantsitohaina, l’ex-patron des patrons malgaches devenu président du conseil d’administration de la Banque malgache de l’océan Indien (fonction à laquelle il renonce en entrant au gouvernement). Il aura notamment la tâche d’attirer les investisseurs étrangers, nécessaires au financement des ambitieux projets d’infrastructures.

Le développement des entreprises sera l’une des priorités de Richard Randriamandranto, un ancien haut cadre du Marché commun de l’Afrique orientale et australe (Comesa), qui devient ministre de l’Économie et des Finances.

À noter que, tout comme ce dernier portefeuille, les Mines, les Postes, l’Énergie, les Transports et l’Industrie reviennent tous à d’anciens experts de l’Initiative pour l’émergence de Madagascar, la plateforme qui a participé à l’élaboration du programme du candidat Rajoelina.

Le président a martelé que chaque ministre serait tenu à une obligation de résultat durant la première année

Le « changement radical de mentalité et de pratiques » promis par le nouveau président s’appuiera sur Jacques Randrianasolo, l’ex-procureur général de la Cour d’appel désormais chargé de la Justice, et sur Tianarivelo Razafimahefa, reconduit à l’Intérieur et à la Décentralisation.

Pas de parité

Les soutiens politiques de longue date n’ont pas non plus été oubliés. Parmi eux, Lalatiana Rakotondrazafy (la journaliste renonce à la direction générale de Free FM pour le ministère de la Communication et de la Culture), ou encore Hajo Andrianainarivelo, l’ancien vice-Premier ministre sous la transition, qui retrouve l’Aménagement du territoire. Son parti, Malagasy Miara Miainga (MMM), place également un autre de ses membres, Marie-Thérèse Volahaingo, à l’Éducation nationale.


>>> À LIRE – [Tribune] Madagascar : enfin en paix !


Petite ombre au tableau : contrairement à ce qui avait été annoncé, la répartition des postes ne respecte pas la parité entre les sexes. Le nouveau gouvernement compte seize hommes (plus le Premier ministre) pour seulement six femmes.

Dans son discours d’introduction, le président a martelé que chaque ministre serait tenu à une obligation de résultat durant la première année, avec une évaluation au bout de six mois.

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte