Dossier

Cet article est issu du dossier «Télécoms : les derniers paris d’Airtel»

Voir tout le sommaire
Télécoms

Télécoms : les derniers paris d’Airtel

En octobre 2018, Sunil Mittal, le PDG du groupe indien est parvenu à lever 1,25 milliards de dollars pour ses filiales africaines. © CC/Flickr

Entré en négociation avec Helios pour l’acquisition de Telkom au Kenya, le groupe de Sunil Mittal persiste à vouloir coter ses filiales africaines pour faire baisser son endettement et dégager des liquidités afin de contrer la concurrence en Inde.

Début 2017, les spécialistes du secteur pronostiquaient tous une sortie de Bharti Airtel du continent. Le premier opérateur mobile indien y réalisait peu de marges, et ses comptes étaient toujours grevés par un endettement massif de 11,7 milliards d’euros, dont près de la moitié liés à ses acquisitions africaines, regroupées au sein d’Airtel Africa. Pour le patron et fondateur du groupe établi à New Delhi, Sunil Bharti Mittal, la situation était devenue insupportable.

Deux ans plus tard, Airtel n’a toujours pas déserté l’Afrique, où il compte plus de 94 millions de clients, ce qui en fait le quatrième opérateur du continent derrière le trio MTN, Vodafone et Orange. Il a réalisé 2,68 milliards d’euros de chiffre d’affaires en 2018, des revenus stables par rapport à 2017 (+ 1 %). Ces derniers mois, le groupe est même reparti à l’offensive.


>> A LIRE – Airtel Africa lève 1,25

Vous êtes à présent connecté(e) à votre compte Jeune Afrique, mais vous n'êtes pas abonné(e) à Jeune Afrique Digital

Cet article est réservé aux abonnés


Abonnez-vous à partir de 7,99€pour accéder à tous les articles en illimité

Déjà abonné ?

Besoin d'aide

Vos avantages abonné

  1. 1. Accèdez en illimité à l'ensemble des articles sur le site et l'application Jeuneafrique.com (iOs & Android)
  2. 2. Bénéficiez en avant première, 24 heures avant leur parution, de chaque numéro et hors séries Jeune Afrique sur l'application Jeune Afrique Le Magazine (iOS & Android)
  3. 3. Recevez la newsletter économie quotidienne réservée aux abonnés
  4. 4. Profitez de 2 ans d'archives de Jeune Afrique en édition numérique
  5. 5. Abonnement sans engagement de durée avec l'offre mensuelle tacitement renouvelable*

*Service uniquement disponible pour les abonnements à durée libre.

Fermer

Je me connecte