Dossier

Cet article est issu du dossier «Télécoms : les derniers paris d’Airtel»

Voir tout le sommaire
Télécoms

Tanzanie : Sunil Mittal, négociateur en chef

En octobre 2018, Sunil Mittal, le PDG du groupe indien est parvenu à lever 1,25 milliards de dollars pour ses filiales africaines.

En octobre 2018, Sunil Mittal, le PDG du groupe indien est parvenu à lever 1,25 milliards de dollars pour ses filiales africaines. © CC/Flickr

Pour régler le contentieux avec l’État tanzanien, le fondateur de Bharti Airtel a rencontré le le président John Magufuli le 11 janvier et accepté de céder 9 % du capital de l’opérateur au gouvernement.

Le contentieux entre l’État tanzanien et le groupe indien aura duré plus d’un an. En novembre 2017, Dar es-Salaam avait revendiqué le contrôle de la filiale locale d’Airtel, estimant qu’elle avait été cédée illégalement à des intérêts privés plusieurs années avant d’être achetée, en 2010, par le groupe de Sunil Mittal.

Pour solder cet imbroglio, le fondateur de Bharti Airtel a rencontré en personne le président John Magufuli le 11 janvier et accepté de céder 9 % du capital de l’opérateur à l’État, son groupe en conservant 51 %.

Troisième acteur du marché local

En outre, il aurait également validé le paiement des dividendes qu’Airtel ne versait pas à son coactionnaire. Airtel Tanzanie est le troisième acteur du marché local, avec 25 % des abonnés mobile, derrière Tigo (29 %) et Vodacom (32 %).

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte