Politique

Présidentielle en Algérie : comment le report du scrutin a fait pschitt

Le président Bouteflika lors de sa réélection le 10 avril 2009, conduit par son petit frère Saïd. © AP/SIPA

Abandonnée mi-janvier quand le corps électoral a été convoqué pour le 18 avril prochain, l'idée d'un report de l'élection présidentielle avait pourtant été acceptée un mois plus tôt lors d'une réunion à laquelle assistaient notamment le Premier ministre et Saïd Bouteflika, le frère de l'actuel président.

Le 19 décembre dernier, lors d’une réunion à la résidence d’État de Zeralda, l’éventualité d’un report de l’élection présidentielle a été envisagée. Figuraient parmi les participants deux conseillers à la présidence, deux anciens ministres ainsi qu’Ahmed Ouyahia, le Premier ministre, et Saïd Bouteflika, conseiller d’Abdelaziz Bouteflika.

Vous êtes à présent connecté(e) à votre compte Jeune Afrique, mais vous n'êtes pas abonné(e) à Jeune Afrique Digital

Cet article est réservé aux abonnés


Abonnez-vous à partir de 7,99€pour accéder à tous les articles en illimité

Déjà abonné ?

Besoin d'aide

Vos avantages abonné

  1. 1. Accèdez en illimité à l'ensemble des articles sur le site et l'application Jeuneafrique.com (iOs & Android)
  2. 2. Bénéficiez en avant première, 24 heures avant leur parution, de chaque numéro et hors séries Jeune Afrique sur l'application Jeune Afrique Le Magazine (iOS & Android)
  3. 3. Recevez la newsletter économie quotidienne réservée aux abonnés
  4. 4. Profitez de 2 ans d'archives de Jeune Afrique en édition numérique
  5. 5. Abonnement sans engagement de durée avec l'offre mensuelle tacitement renouvelable*

*Service uniquement disponible pour les abonnements à durée libre.

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte