Politique

Présidentielle en Algérie : comment le report du scrutin a fait pschitt

Réservé aux abonnés | | Par Jeune Afrique
L'ancien président algérien Abdelaziz Bouteflika lors de sa réélection le 10 avril 2009, conduit par son petit frère Saïd.

L'ancien président algérien Abdelaziz Bouteflika lors de sa réélection le 10 avril 2009, conduit par son petit frère Saïd. © AP/SIPA

Abandonnée mi-janvier quand le corps électoral a été convoqué pour le 18 avril prochain, l’idée d’un report de l’élection présidentielle avait pourtant été acceptée un mois plus tôt lors d’une réunion à laquelle assistaient notamment le Premier ministre et Saïd Bouteflika, le frère de l’actuel président.

Le 19 décembre dernier, lors d’une réunion à la résidence d’État de Zeralda, l’éventualité d’un report de l’élection présidentielle a été envisagée. Figuraient parmi les participants deux conseillers à la présidence, deux anciens ministres ainsi qu’Ahmed Ouyahia, le Premier ministre, et Saïd Bouteflika, conseiller d’Abdelaziz Bouteflika.

Le frère du chef de l’État a laissé entendre que la santé de l’intéressé rendait un cinquième mandat hypothétique. L’un des participants, un parlementaire appartenant au tiers des sénateurs nommés par le président, a été chargé de promouvoir l’idée d’un report auprès des responsables de l’opposition.

« Sortir par la grande porte »

L’offre consistait à amender la Constitution pour prolonger l’actuel mandat de Bouteflika de quelques mois, afin de lui permettre de « sortir par la grande porte ».

En contrepartie, le pouvoir promettait d’ouvrir un dialogue avec l’opposition tout entière

En contrepartie, le pouvoir promettait d’ouvrir un dialogue avec l’opposition tout entière, d’accorder de larges prérogatives à l’Assemblée, d’engager de profondes réformes économiques, de créer une instance souveraine de contrôle des élections et, enfin, de désigner un gouvernement d’union nationale.

L’option du report est tombée à l’eau le 18 janvier lorsque le chef de l’État a convoqué le corps électoral pour le 18 avril.

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3095_600 devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€
Fermer

Je me connecte