Politique

Macron téléphone à Ramaphosa et Lourenço sur la RDC, des observateurs de l’OIF et de l’UA pour la présidentielle aux Comores…

Emmanuel Macron a multiplié les appels à ses pairs d’Afrique de l’Est – Cyril Ramaphosa, João Lourenço notamment – dans la foulée du scrutin en RDC, Louise Mushikiwabo pour l’OIF et Moussa Faki Mahamat pour l’UA ont donné des garanties à Azali Assoumani pour l’envoi d’observateurs pour la présidentielle aux Comores… Chaque semaine, Jeune Afrique vous invite dans les coulisses de la diplomatie africaine.

Réservé aux abonnés
Par
Mis à jour le 31 janvier 2019 à 16:49

© JA

• RDC-France : « Allô, ici Macron »

Emmanuel Macron a suivi de très près le processus électoral en RD Congo, en particulier la phase critique qui a précédé l’annonce des résultats définitifs.

Le président français s’est entretenu au téléphone avec Cyril Ramaphosa, le chef de l’État sud-africain, et avec João Lourenço, son pair angolais, dont il est « très proche », selon une source à l’Élysée.

« Le dialogue de la France avec le Rwanda n’a sans doute jamais été aussi fluide que durant cette période », ajoute par ailleurs cette source.

• Comores : Un scrutin scruté de près

Azali Assoumani est reparti de Paris, le 25 janvier, avec ce qu’il était venu y chercher : la promesse de l’OIF d’envoyer des observateurs à la présidentielle des 24 mars et 21 avril.

Louise Mushikiwabo, la secrétaire générale de la Francophonie, s’y est engagée lors de sa rencontre avec le chef de l’État comorien, le 23 janvier.

Ce dernier aurait également obtenu des garanties de l’UA à l’issue de son entretien avec Moussa Faki Mahamat, le président de la Commission, le 19 janvier à Madagascar, en marge de la cérémonie de prestation de serment d’Andry Rajoelina.