Politique

Maroc : la garde rapprochée de Salaheddine Mezouar

Salaheddine MEZOUAR - Maroc - patron du parti RNI - Rabat le 21 mai 2013 Hassan Ouazzani pour ja © Hassan Ouazzani pour Jeune Afrique ; aic press ; DR

Depuis son élection, en mai dernier, à la tête de la CGEM (le patronat marocain), il affronte sa première crise. En interne, des voix s'élèvent pour critiquer ses méthodes de management, jugées peu fédératrices. Pour l'aider à traverser cette tempête, l'ex-ministre des Affaires étrangères, qui présida le parti RNI, compte sur quatre vaillants mousquetaires.

• Jaouad Hamri

© https://twitter.com/hamrioffice

Président du conseil de surveillance de la Banque marocaine pour le commerce et l’industrie (BMCI). A travaillé au sein du cabinet de Mezouar quand celui-ci était ministre des Affaires étrangères. Reste le « Monsieur chiffres et finances » du patron des patrons.

• Mustapha Mellouk

Ces huit derniers mois, a conseillé un Mezouar en pleine tourmente. Celui-ci l’a nommé président de la commission Communication de la CGEM en janvier. Quand son mentor était patron du RNI, l’a soutenu durant la campagne des législatives de 2016.

• Saïd Alj

Saïd Alj est à la tête de Sanam Holding, qui compte une trentaine de sociétés. © DR

Homme d’affaires, président-fondateur du groupe Sanam. Fait partie des réseaux casaouis de l’ancien ministre des Affaires étrangères, dont il a l’oreille et qu’il a encouragé l’an dernier à briguer la présidence de la CGEM. Peut monter au front en son nom.

• Omar Alaoui

Le plus jeune de ses proches (26 ans). Après avoir côtoyé de près les dirigeants du PAM, dont Mustapha Bakkoury, a rallié le RNI lors des législatives de 2016. A soutenu Mezouar dans sa conquête de la CGEM. Est un intermédiaire obligé pour l’approcher.

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte