Finance

Investissement – Adel Grar, PDG d’Al Karama Holding : « Pour Carthage Cement, tout va se jouer en 2019 »

Adel Grar © ALKARAMA

Deux ans après sa prise de fonctions, le dirigeant tunisien dresse son bilan et livre les ambitions du groupe chargé de vendre les entreprises confisquées après la révolution.

Au lendemain de la révolution de 2011, Al Karama Holding (ex-Princesse El Materi Holding) a eu pour mandat de gérer et de vendre les participations confisquées par l’État aux parents et aux proches de l’ancien président Ben Ali et de son épouse, Leila Trabelsi. Des actifs qui ne trouvent pas toujours preneurs, alimentant les critiques. Son PDG, Adel Grar, qui assure avoir dépassé ses objectifs en 2018 en réalisant 507 millions de dinars (147 millions d’euros) de cession, explique à Jeune Afrique les raisons de ses difficultés et dévoile son programme pour 2019.

Vous êtes à présent connecté(e) à votre compte Jeune Afrique, mais vous n'êtes pas abonné(e) à Jeune Afrique Digital

Cet article est réservé aux abonnés


Abonnez-vous à partir de 7,99€pour accéder à tous les articles en illimité

Déjà abonné ?

Besoin d'aide

Vos avantages abonné

  1. 1. Accèdez en illimité à l'ensemble des articles sur le site et l'application Jeuneafrique.com (iOs & Android)
  2. 2. Bénéficiez en avant première, 24 heures avant leur parution, de chaque numéro et hors séries Jeune Afrique sur l'application Jeune Afrique Le Magazine (iOS & Android)
  3. 3. Recevez la newsletter économie quotidienne réservée aux abonnés
  4. 4. Profitez de 2 ans d'archives de Jeune Afrique en édition numérique
  5. 5. Abonnement sans engagement de durée avec l'offre mensuelle tacitement renouvelable*

*Service uniquement disponible pour les abonnements à durée libre.

Fermer

Je me connecte