Politique

Bénin : pourquoi Patrice Talon en veut à Air France

Réservé aux abonnés | | Par Jeune Afrique
Le président béninois Patrice Talon reçu à l’Elysée le 26 avril 2016.

Le président béninois Patrice Talon reçu à l'Elysée le 26 avril 2016. © Michel Euler/AP/SIPA

Selon nos sources, le chef de l’État béninois reproche à la représentante d’Air France au Bénin et au Togo, qui a dû quitter Cotonou, de lui avoir manqué de respect.

Le 21 décembre 2018, Christine Quantin, la représentante d’Air France au Bénin et au Togo, a dû quitter Cotonou, où elle était installée. À la demande de Patrice Talon, elle faisait l’objet d’un arrêté d’expulsion ministériel. Selon nos sources, le chef de l’État béninois lui reproche de lui avoir manqué de respect.

Intransigeance

Air France n’aurait pas bien traité sa famille proche, ainsi que ses ministres Sacca Lafia (Intérieur) et Samou Seidou Adambi (Eau et Mines).

Véronique Brumeaux, l’ambassadrice de France, a tenté de jouer les médiateurs, s’entretenant à plusieurs reprises avec Patrice Talon. Ce dernier s’est montré inflexible.

À Cotonou, Air France est concurrencé par RwandAir, qui y a établi un hub. Cette compagnie souhaite également desservir l’Europe en ligne directe à partir de la capitale économique béninoise.

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3097 ok 600 devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€
Fermer

Je me connecte