Agroalimentaire

Sucre : au Sénégal, poker menteur entre la CSS et l’État

Le groupe a engagé un plan d’investissement de près de 240 milliards de F CFA pour étendre ses capacités de production à 200 000 tonnes annuelles d’ici à 2021. © Sylvain Cherkaoui pour JA

Selon la Compagnie sucrière sénégalaise (CSS), les importations autorisées par Dakar ont mis en péril sa survie. Des tensions exacerbées par la volonté de vendre du propriétaire.

«Nous avons été contraints de vendre à perte pendant presque un mois. » Louis Lamotte se lamente. En creux, une nouvelle fois, le directeur des ressources humaines de la CSS et conseiller spécial de la direction regrette le sort réservé par l’État sénégalais à son entreprise. Une posture devenue presque habituelle depuis quelques années.

Vous êtes à présent connecté(e) à votre compte Jeune Afrique, mais vous n'êtes pas abonné(e) à Jeune Afrique Digital

Cet article est réservé aux abonnés


Abonnez-vous à partir de 7,99€pour accéder à tous les articles en illimité

Déjà abonné ?

Besoin d'aide

Vos avantages abonné

  1. 1. Accèdez en illimité à l'ensemble des articles sur le site et l'application Jeuneafrique.com (iOs & Android)
  2. 2. Bénéficiez en avant première, 24 heures avant leur parution, de chaque numéro et hors séries Jeune Afrique sur l'application Jeune Afrique Le Magazine (iOS & Android)
  3. 3. Recevez la newsletter économie quotidienne réservée aux abonnés
  4. 4. Profitez de 2 ans d'archives de Jeune Afrique en édition numérique
  5. 5. Abonnement sans engagement de durée avec l'offre mensuelle tacitement renouvelable*

*Service uniquement disponible pour les abonnements à durée libre.

Fermer

Je me connecte