Politique

Tunisie – Noureddine Taboubi (UGTT) : « Il n’y a pas de démocratie quand les ventres sont vides »

Noureddine Taboubi, dans son bureau au siège historique de l'UGTT, place Mohamed-Ali, à Tunis. © Nicolas Fauqué /ww.imagesdetunisie.com

Arrivé à mi-mandat à la tête de l'UGTT, le secrétaire général du syndicat livre à Jeune Afrique son analyse sur la crise politique, les difficultés économiques et les attentes sociales des Tunisiens.

Dans un contexte de grave crise politique et économique, l’Union générale tunisienne du travail (UGTT), en se faisant l’écho des revendications sociales, donne aux Tunisiens le sentiment d’être entendus. Le 14 janvier, à l’occasion du huitième anniversaire de la révolution, son secrétaire général, Noureddine Taboubi, 66 ans, s’est adressé, depuis un balcon du siège de la centrale, à la foule amassée en contrebas.

Vous êtes à présent connecté(e) à votre compte Jeune Afrique, mais vous n'êtes pas abonné(e) à Jeune Afrique Digital

Cet article est réservé aux abonnés


Abonnez-vous à partir de 7,99€pour accéder à tous les articles en illimité

Déjà abonné ?

Besoin d'aide

Vos avantages abonné

  1. 1. Accèdez en illimité à l'ensemble des articles sur le site et l'application Jeuneafrique.com (iOs & Android)
  2. 2. Bénéficiez en avant première, 24 heures avant leur parution, de chaque numéro et hors séries Jeune Afrique sur l'application Jeune Afrique Le Magazine (iOS & Android)
  3. 3. Recevez la newsletter économie quotidienne réservée aux abonnés
  4. 4. Profitez de 2 ans d'archives de Jeune Afrique en édition numérique
  5. 5. Abonnement sans engagement de durée avec l'offre mensuelle tacitement renouvelable*

*Service uniquement disponible pour les abonnements à durée libre.

Fermer

Je me connecte