Sécurité

Sénégal : comment Macky Sall a géré le conflit casamançais

Lors d'une tournée dans les environs de Sedhiou, le 20 octobre 2018. © Présidence Sénégal / photo : Papa Matar Diop

Candidat à sa propre succession, le 24 février, le président s’est appliqué lors de son premier mandat à pacifier une région stratégique pour le pays.

C’était il y a un an. Le 6 janvier 2018, quatorze coupeurs de bois étaient abattus dans une clairière de la forêt de Boffa Bayotte par un groupe d’hommes armés. Une tuerie comme n’en avait plus connu la Casamance depuis des années et qui avait provoqué une longue onde de choc de Ziguinchor à Saint-Louis… Brusquement, cette région lointaine et son conflit larvé de faible intensité, auquel les Sénégalais ont fini par s’habituer, faisait à nouveau les gros titres de l’actualité.

Vous êtes à présent connecté(e) à votre compte Jeune Afrique, mais vous n'êtes pas abonné(e) à Jeune Afrique Digital

Cet article est réservé aux abonnés


Abonnez-vous à partir de 7,99€pour accéder à tous les articles en illimité

Déjà abonné ?

Besoin d'aide

Vos avantages abonné

  1. 1. Accèdez en illimité à l'ensemble des articles sur le site et l'application Jeuneafrique.com (iOs & Android)
  2. 2. Bénéficiez en avant première, 24 heures avant leur parution, de chaque numéro et hors séries Jeune Afrique sur l'application Jeune Afrique Le Magazine (iOS & Android)
  3. 3. Recevez la newsletter économie quotidienne réservée aux abonnés
  4. 4. Profitez de 2 ans d'archives de Jeune Afrique en édition numérique
  5. 5. Abonnement sans engagement de durée avec l'offre mensuelle tacitement renouvelable*

*Service uniquement disponible pour les abonnements à durée libre.

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte